Comment s'organise le rationnement en cas de pénurie de carburant?

PRATIQUE C'est du cas par cas...

Julien Ménielle

— 

Une file d'attente devant une station-service sur l'A1, près de Saint-Denis.
Une file d'attente devant une station-service sur l'A1, près de Saint-Denis. — A. GELEBART / 20 MINUTES

D’abord rassurant, le gouvernement a fini par reconnaître une situation tendue concernant le carburant. Une réunion a même été convoquée, ce mardi à Matignon, pour régler les problèmes d’approvisionnement. Dans le Calvados, le préfet n’a pas attendu, en déclenchant son plan hydrocarbures. Douze stations service ont ainsi été réquisitionnées pour alimenter en carburant «les services à caractère prioritaire, les secours et les urgences».

>> Où trouver du carburant? Notre carte participative est par ici.

Les réquisitions sont «de la compétence du ministère de l’Intérieur mais déléguées aux préfets», indique le ministère de l’Energie à 20minutes.fr. Il n’y a donc pas de décision au niveau national. «Les mesures sont prises au cas par cas, en fonction de la situation dans chaque département», confirme l’Union française de l’industrie pétrolière.

Formalités

Pour l’heure, dans le Calvados, les services de secours, de santé, de sécurité publique, les véhicules des centres hospitaliers et des cliniques, les ambulances, les livreurs de produits pharmaceutiques et sanguins peuvent s’approvisionner sans formalité, tandis que les médecins, kinésithérapeutes, infirmiers, sages-femmes, pharmaciens, aides-soignants et vétérinaires doivent présenter leur carte professionnelle.

Dans d’autres départements, comme dans la Sarthe, l’hôpital, comme les pompiers, la police ou les gendarmes, a son propre stock de carburant et aucune réquisition n’est prévue. Pendant la grève générale aux Antilles de 2009, les stations réquisitionnées pour les véhicules d’urgence avaient fini par être également ouvertes aux particuliers.

«Retour à la normale» dans quatre à cinq jours

En 2000, quand les routiers avaient bloqué raffineries et dépôts de carburants pour protester contre l’augmentation des prix du gazole, un système de rationnement avait été mis en place. Suivant les départements, des pourcentages de stocks avaient été réservés aux véhicules d’urgence, et une quantité ou un montant maximum avait été définie pour les particuliers en fonction de leur véhicule.

Cette fois, le ministère de l’Intérieur, contacté par 20minutes.fr, n’a pas été en mesure de détailler le processus de réquisition. Mais, à l’issue de la réunion de Matignon, François Fillon a tenu à rassurer: les difficultés «ne sont pas dues à une pénurie mais à la nécessité de réorganiser le système de distribution». Et le «retour à la normale» est prévu dans quatre à cinq jours. Ni réquisition ni rationnement en vue, donc.