SANTE

Le Médiator serait responsable de 500 à 1.000 décès en France

Ce médicament, désormais interdit, était censé aider à perdre du poids...

Le Médiator, médicament des laboratoires Servier, retiré du marché et réservé à l'origine aux diabétiques en surcharge pondérale puis prescrit aux patients désireux de perdre du poids, serait responsable de 500 à 1.000 décès en France, selon Le Figaro.

Cette estimation ressort d'une étude confidentielle de la Caisse nationale de l'assurance maladie (Cnam), selon le quotidien. Dans un point de vue paru dans Le Monde fin août, le député PS Gérardt Bapt, rapporteur spécial de la mission santé pour la Commission des finances avançait une estimation équivalente.

Commercialisé notamment comme antidiabétique depuis 1976 en France par le groupe Servier sous l'appellation de Médiator, le benfluorex fait partie de la famille des fenfluramines, à effet «coupe faim».

Valvulopathies

En 1997 les fenfluramines, rendues responsables aux Etats-Unis d'atteintes des valves cardiaques et d'hypertensions artérielles pulmonaires (HTAP), sont définitivement proscrites, ainsi qu'en Europe.

Mais le Mediator échappe à cette interdiction et prend le relais de l'Isoméride qui avait connu un franc succès.

«Il aura fallu l'obstination d'un praticien hospitalier, le docteur Irène Frachon, et des équipes du CHU de Brest, pour que la responsabilité du Médiator dans la survenue de cas d'HTAP et de valvulopathies soit enfin reconnue (Médiator 150, sous titre censuré, éditions dialogues)», notait le député.

200.000 patients traités par benfluorex en 2009

«Leurs travaux seront appuyés in fine par une étude de la Caisse nationale d'assurance maladie révélant, sur sa base de données et une cohorte d'un million de diabétiques, que le risque de chirurgie valvulaire est multiplié près de quatre fois pour les patients exposés au Médiator».

Le Figaro souligne que les médecins de la Cnam ont passé à la loupe le devenir médical des patients ayant pris du Mediator pour évaluer le nombre d'hospitalisations et de morts potentiellement liés à ce médicament. L’Afssaps a également étudié le médicament, «dans un contexte de judiciarisation, plusieurs malades ayant porté plainte contre la firme Servier du fait de complications cardiaques consécutives à la prise de Mediator». Plaignants et avocats reprochent néanmoins à l’Afssaps sa lenteur.

Lors du retrait, fin novembre 2009, environ 200.000 patients étaient traités par benfluorex (Mediator et génériques).