« La mobilisation va s'amplifier »

— 
Le président de l'Unef est confiant.
Le président de l'Unef est confiant. — M. MEDINA / AFP

   Jean-BAPTISTE prévost
  Président du syndicat étudiant Unef.
Vous appelez à une journée 

   facs mortes, pensez-vous 

   qu'elle sera suivie ?
  Je suis confiant, car la mobilisation des jeunes contre la réforme des retraites connaît un mouvement ascendant. Lors de la manifestation du 2 octobre, les jeunes étaient plus présents. De plus, la semaine dernière, une quarantaine d'assemblées générales sur ce thème se sont tenues lieu dans les facs. Et puisque cette semaine, la rentrée étudiante aura eu lieu dans la majorité des universités, la mobilisation devrait s'amplifier.

  Comment parvenez-vous 

   à sensibiliser les jeunes ?
  En leur montrant le lien entre cette réforme et leur avenir professionnel immédiat. Car, en maintenant plus longtemps les seniors en poste, c'est près d'un million d'emplois qui ne seront pas libérés d'ici à 2016. Une situation qui aggravera encore les conditions d'insertion des jeunes, auxquels personne ne peut non plus garantir une retraite. Une solution alternative existe : donner du boulot au 25 % de jeunes au chômage. Ce qui augmenterait le nombre de cotisants.

  Quelle stratégie comptez-vous suivre pour faire grossir la contestation ?
Nous avons lancé une campagne de communication sur les retraites la semaine dernière. Nous souhaitons aussi nous appuyer sur le collectif « La retraite, une affaire de jeunes », auquel nous participons avec 24 autres organisations, afin de fédérer nos forces. Enfin, si la mobilisation des jeunes est forte aujourd'hui, nous pourrions décider d'ici à la fin de la semaine de lancer des appels à la grève dans toutes les facs.Recueilli par Delphine Bancaud