Spéléologue disparu: Les recherches se poursuivront dans la nuit

SAUVETAGE Les secouristes ont bon espoir, mais restent prudents...

J. M. avec AFP

— 

P.MERLE / AFP

Un souffle d’espoir. Les dernières découvertes et l'avancée du dégagement d'une cheminée naturelle ont «renforcé la détermination» des secours a retrouver le spéléologue disparu dimanche, selon la préfecture. Les recherches vont donc se poursuivre dans la nuit de ce vendredi à samedi.

L'hypothèse qu'Eric Establie, spéléologue de réputation internationale, ait trouvé la mort enseveli sous l'éboulis dans lequel on a retrouvé son propulseur, à 780 m de l'entrée du gouffre, n'est cependant pas écartée.

Perche

Dès samedi, un plongeur britannique équipé d'une «perche» ira «sonder le gravier de l'éboulis, afin de détecter une zone de résistance anormale», qui pourrait être «le corps du plongeur», a expliqué le sous-préfet de Largentière, Jean Rampon. ette perche sera également équipée d'un «détecteur électromagnétique» à la recherche de «masses métalliques», comme la «robinetterie d'un bloc de plongée».

Par ailleurs, le dégagement de la cheminée naturelle partant du plateau dominant les gorges avance «avec des signes prometteurs, comme des circulations d'air», a détaillé Jean Rampon. Les spéléologues ont «progressé de 6 mètres vendredi» et sont désormais «à moins 20 mètres».

Balise

Depuis jeudi, une quinzaine d'hommes se relaient jour et nuit pour dégager une cheminée naturelle dans l'espoir d'atteindre Eric Establie, qui pourrait s'être réfugié 200 m plus bas, dans une poche d'air de cette galerie immergée de Labastide-de-Virac. Samedi, deux plongeurs britanniques déposeront une balise juste avant l'éboulis, en vue d'un «éventuel forage pour aspirer l'éboulis et le remonter à la surface».

«Ca nous ouvrirait la voie préférentielle de recherches pour envoyer des plongeurs dans la cavité», a expliqué Jean Rampon. «L'option terrestre est la principale, mais elle peut déboucher sur une impossibilité de franchissement» et «on veut être en mesure de trouver une autre voie tant qu'il est encore temps», a ajouté le le sous-préfet.