le spéléogue reste introuvable

Céline blampain

— 

Les sauveteurs tentent de déblayer une cheminée naturelle.
Les sauveteurs tentent de déblayer une cheminée naturelle. — P. MERLE / AFP

Décrit comme « un as de la profession », le spéléologue Eric Establie est toujours prisonnier des entrailles de la terre. Au cinquième jour des recherches, quarante secouristes sont mobilisés pour le retrouver. Après une nouvelle plongée infructueuse hier après-midi, ils envisagent d'envoyer un robot dans la galerie immergée. Eric Establie, âgé de 45 ans, a disparu dimanche alors qu'il explorait la source de la Dragonnière à La Bastide-de-Virac (Ardèche) pour effectuer un relevé topographique. Le spéléologue aurait été pris au piège par « un éboulement de plusieurs mètres cubes de graviers », comme l'explique le président de Spéléo Secours, Eric Zipper. S'il est parvenu à se réfugier dans une poche d'air, il pourrait survivre deux ou trois semaines.

Cheminée naturelle
Les sauveteurs tentent également de déblayer une cheminée naturelle, localisée au milieu d'une vigne dominant les gorges de l'Ardèche. Ils espèrent atteindre ainsi le spéléologue, 200 m plus bas .« On continue de descendre dans la faille au rythme d'un mètre par heure », explique Eric Zipper.
Mardi, deux plongeurs britanniques ont réussi à s'enfoncer dans la galerie immergée par l'entrée de la grotte. Signe d'espoir, ils ont découvert le propulseur d'Eric Establie, enfoncé dans les gravats de l'éboulement, le « nez pointé » vers eux. « On pense qu'il l'a pointé délibérément pour dire : “Je suis parti me réfugier”, explique Eric Zipper. Mais nous n'avons aucune certitude. Se trouve-t-il derrière les éboulis ou a-t-il avancé plusieurs kilomètres plus loin ? Lui seul le sait. »