Spéléologue disparu en Ardèche: deux plongeurs britanniques viennent participer aux recherches

RECHERCHE Les opérations de secours n'ont pour l'instant rien donné...

M.P., O.R. avec AFP

— 

L’inquiétude domine autour du sort du spéléologue de 45 ans, porté disparu depuis dimanche soir dans un réseau souterrain des gorges de l’Ardèche. Les recherches de lundi sont restées vaines et doivent reprendre mardi après-midi, d’après la préfecture. Or, le spéléologue n’est censé avoir une autonomie que de «24 heures pour respirer et voir». Deux plongeurs britanniques sont arrivés en renfort ce mardi pour participer aux recherches.

Ils assureront une nouvelle plongée de reconnaissance à partir de 14h. «C'est une plongée tout à fait différente des autres parce qu'elle va aller jusqu'au dernier point connu des 1.040 mètres» du réseau souterrain où le spéléologue de 45 ans a disparu, a déclaré le sous-préfet de Largentière Jean Rampon.

«S'il y a des éléments qui font penser que le spéléologue est allé plus loin, comme du matériel laissé, les plongeurs iront plus loin», a-t-il ajouté, en précisant que ces recherches pourraient durer «sept heures».

Un refuge?

Lundi, «les plongeurs n'ont pas établi de contact, ils n'ont rien vu (...) Ils ont eu une mauvaise visibilité, ils n'ont pas poussé plus loin», a déclaré le sous-préfet de Largentière (Ardèche), Jean Rampon. Les deux secouristes du Spéléo Secours Français ont poussé jusqu’à 480 mètres de l’entrée de la grotte, plongeant dans le lit de la Dragonnière, à Labastide-de-Virac (Ardèche), où le spéléologue a disparu.

«On n'a pas exploré la zone des 500 m suivants notamment jusqu'au point des 1.040 m où on pense qu'après, il peut y avoir un refuge», une bulle d’air où le disparu aurait pu trouver refuge, espère le sous-préfet.