la fertilité des femmes part en fumée

Ingrid Gallou

— 

En France, plus de deux tiers des femmes en âge d'avoir des enfants fument.
En France, plus de deux tiers des femmes en âge d'avoir des enfants fument. — Sipa

« Fumer peut nuire aux spermatozoïdes et réduit la fertilité ». Chaque jour, la formule inscrite au dos des paquets de cigarettes se charge de prévenir les hommes des conséquences de leur tabagisme sur leur fertilité. Pas de message en revanche destiné aux femmes. Elles sont pourtant au moins aussi touchées, avec des conséquences s'étalant sur plusieurs générations. « La cigarette augmente le délai de conception », « fumer fait chuter la fertilité » ou « fumer avance en moyenne de deux ans la ménopause » pourraient être les nouveaux messages d'alerte à destination des fumeuses.

Davantage de fausses couches
Une étude britannique menée sur 8 515 grossesses pour évaluer l'effet du tabac sur la conception a ainsi conclu que chez les femmes présentant un tabagisme actif ou passif attendraient six mois de plus pour tomber enceinte. Selon le Comité national contre le tabagisme (CNCT), les fumeuses mettraient tout simplement deux fois plus de temps à avoir un enfant que les non-fumeuses.
Plus grave encore, le tabagisme impacterait plusieurs générations, comme l'indique Joëlle Belaisch-Allart, chef de service de gynécologie obstétrique et médecine de la reproduction à l'hôpital de Sèvres : « Le tabagisme de la mère d'une jeune femme entraîne chez elle une baisse de la fertilité, et ce, même si celle-ci ne fume pas. » Des conclusions alarmantes dans un pays comme le nôtre où 36 % des femmes en âge de procréer fument. Parmi elles, une sur cinq continuera l'usage du tabac jusqu'au terme de la grossesse, avec à la clé des complications, pour elle (davantage de fausses couches et de grossesses extra-utérines), et pour leur enfant : retard de croissance ou mort subite.
Pour autant, le Dr Joëlle Belaisch-Allart se refuse à incriminer ces femmes souvent seules et issues de milieu défavorisé, et préfère un encourageant : « Il n'est jamais trop tard pour arrêter, même en cours de grossesse. »

les hommes aussi

La fertilité des hommes, elle aussi, est bel et bien consumée par le tabac. Ce dernier détériore la qualité des spermatozoïdes, moins nombreux, moins mobiles et moins vifs, entraînant un risque de stérilité plus élevé. Outre leur fertilité, c'est aussi leur virilité qui peut être touchée. Des troubles de l'érection peuvent ainsi apparaître dès 25 ans chez les fumeurs. La consommation de tabac multiplierait de cette façon par 27 les risques d'impuissance d'origine physiologique.