Retaites: le président du Sénat promet que les sénateurs feront des propositions

SOCIAL Sur les handicapés et la pénibilité notamment...

AFP

— 

L'ex-ministre Gérard Larcher a remporté brillamment mercredi la primaire du groupe UMP pour la présidence du Sénat, balayant Jean-Pierre Raffarin, et il devrait donc, sauf coup de théâtre, accéder le 1er octobre à ce poste très convoité.
L'ex-ministre Gérard Larcher a remporté brillamment mercredi la primaire du groupe UMP pour la présidence du Sénat, balayant Jean-Pierre Raffarin, et il devrait donc, sauf coup de théâtre, accéder le 1er octobre à ce poste très convoité. — Patrick Kovarik AFP

Deux jours après la mobilisation contre la réforme des retraites, le président du Sénat Gérard Larcher (UMP) a affirmé que les sénateurs feront sur les retraites «des propositions pour les handicapés, les chômeurs de longue durée, les carrières longues et la pénibilité», dans une interview à paraître dimanche dans le Journal du Dimanche.

Soulignant, à l'instar du gouvernement, que «les nouvelles bornes d'âge à 62 ans et 67 ans ne sont pas négociables», Gérard Larcher reconnaît qu'«il y a un sujet pour les femmes nées entre 1950 et les années 1960 qui vont subir cet allongement».

Des sénateurs «pas corsetés»

L'allongement de l'âge de départ en retraite à taux plein de 65 à 67 ans devrait particulièrement pénaliser les femmes qui ont, davantage que les hommes, du mal à acquérir des périodes complètes de cotisations.

«Nous devons nous pencher sur cette génération transitoire dont les carrières sont parfois hachées et aller, je le répète, dans le sens de l'équité», ajoute Gérard Larcher.

Le président du Sénat, qui indique qu'il a «parlé» de la réforme des retraites «avec le président», indique que celui-ci «sait que nous sommes très attentifs à l'équité», ajoutant: «Les sénateurs feront des propositions pour les handicapés, les chômeurs de longue durée proches de la retraite, les carrières longues, la pénibilité. Je n'ai pas le sentiment que nous soyons corsetés».