« Une situation dangereuse »

recueilli par A. Le G.

— 

Louis Caprioli est un ancien de la DST.
Louis Caprioli est un ancien de la DST. — IBO / SIPA

Louis Caprioli, expert en terrorisme, est aujourd'hui conseiller spécial chez GEOS, après avoir été sous-directeur chargé de la lutte contre le terrorisme à la Direction de la surveillance du territoire (aujourd'hui DCRI), de 1998 à 2004.

Pourquoi Bernard Squarcini,

le patron de la DCRI,

et le gouvernement communiquent-ils sur les risques d'attentats ?
Au-delà de l'enlèvement de cinq Français au Niger et des éléments qui leur permettent de considérer que la menace est accrue, il y a sans doute la volonté d'attirer l'attention et la vigilance des Français sur le risque terroriste. Mais le fait de communiquer ainsi vise aussi sans doute à déstabiliser des groupes susceptibles de fomenter des attentats sur le territoire national.
Pourquoi la menace terroriste

est-elle particulièrement

forte aujourd'hui ?
Elle est toujours forte. Les services déjouent en moyenne deux attentats par an. Mais il y a aujourd'hui une conjonction d'événements qui rendent la situation particulièrement dangereuse : un front sud au Sahel, où sévit Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi), et un front est en Afghanistan et au Pakistan.