Le plan réussir en licence a du mal à passer son examen

Delphine Bancaud

— 

La première année est un cap délicat.
La première année est un cap délicat. — P. MAGNIEN / 20 MINUTES

La ministre de l'Enseignement supérieur, Valérie Pécresse, est ce matin à Bordeaux afin de saluer les initiatives des quatre universités locales pour favoriser la réussité de leurs étudiants en licence. Une manière d'attirer l'attention sur ce qui marche dans quelques établissements et de faire l'impasse sur ce qui fonctionne moins bien dans les autres.
Un sujet brûlant, car la semaine dernière deux organisations étudiantes, l'Unef et le PDE (Promotion et défense des étudiants) ont réclamé un bilan précis du plan Réussir en licence. Lancé en 2007, il tarde toujours à porter ses fruits, puisque le taux d'échec des étudiants avoisinerait toujours 40 % en première année.
Pour Jean-Baptiste Prévost, président de l'Unef, si les objectifs du plan n'ont pas été atteints, c'est surtout en raison de « l'absence de cadrage adapté », car les universités ont été libres de choisir les mesures à déployer pour favoriser la réussite des étudiants.
Du coup, certaines ont pris le sujet à bras-le-corps, en mettant en place des dispositifs de soutien pour les étudiants en difficulté ou en renforçant l'encadrement pédagogique. Mais d'autres se sont montrées moins actives. « Par exemple, seulement 32 % des universités ont augmenté leur volume horaire d'enseignement et 28 % ont dédoublé leurs cours magistraux en amphi », souligne Jean-Baptiste Prévost. Autre déception : selon le syndicat, seules 40 % des universités auraient prévu de développer la pluridisciplinarité en licence, permettant aux étudiants l'acquisition d'un socle de culture générale et une orientation progressive. En revanche, la mise en place du tutorat et des enseignants référents pour chaque étudiant, prévue dans le plan, a été largement généralisée. Un succès sur lequel la ministre ne manquera pas de s'appuyer aujourd'hui, tout en rappelant qu'il lui reste deux ans pour diviser par deux le taux d'échec en première année.