Le président du MoDem, François Bayrou, lors d'une conférence de presse, à Paris, le 26 juin 2010.
Le président du MoDem, François Bayrou, lors d'une conférence de presse, à Paris, le 26 juin 2010. — AFP PHOTO / MIGUEL MEDINA

REACTIONS

Circulaire sur les Roms: «Ce type d'attitude et de choix est illégal en France»

François Bayrou souhaite que les associations portent un recours devant le Conseil d'Etat...

Benoît Hamon tape sur la circulaire et surtout sur le ministre. Le porte-parole du PS a estimé lundi que le ministre de l'Immigration Eric Besson avait ajouté à «l'indignité de sa politique l'indignité de son comportement» en assurant ne pas être «au courant» de la circulaire du 5 août visant explicitement les Roms.

«A l'indignité de cette politique, le ministre de l'Immigration rajoute l'indignité de son comportement, lui qui se dit non responsable et ne pas être au courant de la circulaire qui a été envoyée aux préfets par le directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur», a-t-il lancé lors du point presse hebdomadaire du PS.

«L'Etat ne respecte plus le minimum d'équilibre»

Le leader du MoDem est lui aussi monté au créneau, visant la circulaire elle-mêpe.. Selon lui, elle montre que «l'Etat en France ne respecte plus le minimum d'équilibre qu'on est en droit d'attendre» dans une République.

«Il y a quelque chose qui est complètement déstabilisé, déséquilibré», a déclaré François Bayrou sur sur France Info, souhaitant que les associations en mesure juridiquement de porter un recours devant le Conseil d'Etat le fassent et que celui-ci rappelle «que ce type d'attitude et de choix est illégal en France».

Après le Gisti (Groupe d'information et de soutien des immigrés), l'association SOS Racisme a également annoncé ce lundi qu'elle déposerait un recours devant le Conseil d’Etat afin de contester la légalité de cette circulaire et qu'elle étudiait la possibilité d’une action pénale pour provocation à la discrimination raciale.

«Rhétoriques stéréotypées et discriminatoires»

L’ONU a également manifesté son inquiétude ce lundi face à la politique de la France à l’égard des Roms. Ouvrant la 15e session du Conseil des droits de l'homme de l'organisation à Genève, la Haut commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, Navi Pillay, a «exhorté les Etats Européens, dont la France, à adopter une politique permettant aux Roms de surmonter leur marginalisation».

Elle a par ailleurs jugée «extrêmement préoccupantes» les «rhétoriques souvent stéréotypées et discriminatoires» faites par des «responsables et les médias» en France. «Cela ne peut qu'exacerber la stigmatisation des Roms et l'extrême pauvreté dans laquelle ils vivent», a-t-elle ajouté.

Dimanche, l'ex-premier secrétaire du PS François Hollande avait quant à lui estimé que la circulaire était «à la fois immorale et illégale».