Nouvelle polémique sur les roms

IMMIGRATION Une circulaire de Beauvau visait précisément cette population...

Lucie Soullier

— 

Eric Besson refuse de commenter une circulaire qui n'émane pas de son ministère.
Eric Besson refuse de commenter une circulaire qui n'émane pas de son ministère. — M. BUREAU / AFP

«Affligeant». Le terme est soigneusement choisi par Benoît Hamon, porte-parole du PS, pour désigner la circulaire du 5 août. Cette dernière, communiquée ce week-end à la presse, signe un nouvel épisode dans la polémique sur les Roms, alors qu'une prochaine rencontre sur le sujet est prévue, à Paris, entre les Présidents roumain et français. «Une instruction a été formellement donnée aux services de l'Etat de cibler les Roms prioritairement», explique Benoît Hamon.

Une gifle pour Besson?

La circulaire du ministère de l'Intérieur aux préfets sur l'«évacuation des campements illicites» cite à plusieurs reprises les « Roms ». Et ce, contrairement aux déclarations d'Eric Besson, qui avait affirmé jeudi que «la France n'[avait] pris aucune mesure spécifique à l'encontre des Roms». Mais le ministre de l'Immigration refusait dimanche de commenter une circulaire «anachronique» et qui, puisqu'elle émane de Beauvau, «ne [le] concerne pas».

En effet, le texte est signé par Michel Bart, directeur de cabinet du ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux. Il rappelle, dès le préambule, les «objectifs précis» fixés par Nicolas Sarkozy: «300 campements ou implantations illicites devront avoir été évacués d'ici trois mois, en priorité ceux des Roms». Le document polémique est actuellement examiné par le Groupe d'information et de soutien des immigrés (Gisti), en vue d'un recours en annulation devant le Conseil d'Etat.

>> En raison de débordements systématiques sur ce genre de sujet, cet article a été fermé aux commentaires.