Clearstream: Dominique de Villepin refuse d'être jugé par un «tribunal d'exception spécialement formé»

JUSTICE L'ancien Premier ministre soupçonne l'Elysée d’avoir «instrumentalisé» le dossier...

J. M.

— 

Moins de 20  % des Français reconnaissent une carrure de « bon président » à Villepin.
Moins de 20  % des Français reconnaissent une carrure de « bon président » à Villepin. — FACELLY / SIPA

«Je refuse d'y croire.» Dominique de Villepin a accueilli avec indignation le projet de faire juger l'affaire Clearstream en appel par une chambre à la composition «ad hoc», c’est à dire montée de toute pièce pour l’occasion. Officiellement, il s’agit de pallier «l'encombrement» des audiences au cours des prochains mois, selon la présidence de la cour d'appel. Mais l’ancien Premier ministre y voit la patte de Nicolas Sarkozy.

«Je n'accepterai pas de nouvelles manipulations dans ce dossier»

«J'ai pu mesurer à quel point Nicolas Sarkozy a instrumentalisé l'ensemble de ce dossier. Je sais dans quelles circonstances, c'est à l'Elysée que la décision d'appel à été prise et imposée à Jean-Claude Marin. Je n'accepterai pas de nouvelles manipulations dans ce dossier», a poursuivi Dominique de Villepin.

La première présidence de la cour d'appel a confirmé à l’AFP que la désignation d'une chambre composée de trois juges spécialement choisis pour l'occasion était envisagée, mais que «rien n'est encore arrêté».

Affaire sensible

«S'il s'avère que c'est une cour spéciale choisie spécialement pour me juger qui est désignée, nous serions alors devant une situation inacceptable d'un tribunal d'exception spécialement formé pour obtenir ce que certains peuvent souhaiter», a poursuivi l’ancien Premier ministre.

Le syndicat de la magistrature (SM) a de son côté adressé un courrier au premier président de la Cour d'appel de Paris, Jacques Degrandi. Le SM estime qu'il vaudrait mieux laisser l'affaire Clearstream «entre les mains de la formation de jugement figurant au tableau de roulement, quitte à confier les autres affaires, à priori moins sensibles, à une formation supplémentaire, dont la composition ne nourrirait dès lors aucune suspicion».