Retraites: «La France doit regarder la réalité en face»

REVUE DE WEB La presse internationale juge sévèrement la grève de mardi...

Philippe Berry

— 

La manifestation a rassemblé entre 1,1 et 3 millions de personnes en France, le 7 septembre 2010.
La manifestation a rassemblé entre 1,1 et 3 millions de personnes en France, le 7 septembre 2010. — REUTERS/Benoit Tessier

De notre correspondant à Los Angeles

La grève, c'est so French. C'est en résumé le regard mi-amusé, mi-incompréhensif porté par les journaux étrangers et leurs lecteurs sur le mouvement social de mardi. «La France est en pleine dénégation. Elle doit regarder la réalité en face», attaque le conservateur Wall Street Journal. «La réforme est vitale pour faire face à la détérioration des finances publiques et rester compétitif face au système allemand», estime le WSJ.

«Syndicats du passé»

«Work longer, moi?», ironise en français dans le texte le correspondant de la chaîne britannique Sky. Pour Alex Rossi, «même si l'âge passait à 62 ans, les Français bénéficieraient toujours de conditions de travail parmi les plus avantageuses d'Europe, notamment avec les 35 heures». Il rappelle que l'âge de la retraite est «récemment passé à 67 ans» en Allemagne.

Ce «refus de travailler davantage est ridicule. C'est un sport national, même leurs footballeurs font grève», raille un lecteur du New York Times. Même refrain du côté du journal de l'université d'Harvard. «J'ai voyagé en France et notre TGV a été bloqué par des grévistes», raconte l'étudiant journaliste, qui conclut: «Qu'un train du futur soit coincé par des syndicats du passé, voilà le paradoxe qui résume la France.»

«Vive la France»

Les discussions sont globalement les mêmes dans toute la presse américaine. «Comment les Français peuvent-ils refuser de travailler deux ans de plus alors que la durée de vie s'allonge et que l'économie mondiale vacille», demande un lecteur du New York Daily News. «Retraite à 60 ans, cinq semaines de congés payés par an, 35 heures par semaine... Les salariés Français sont gâtés et doivent arrêter de pleurnicher et travailler», poursuit un autre.

Il faut lire The Economist pour trouver une analyse un peu plus fine. L'hedbo explique que «le mécontentement est plus large que le simple problème des retraites, entre des scandales touchant le gouvernement et un durcissement de la politique» du chef de l'Etat. Et de se demander si «tough Sarko» («Sarko le dur») gagnera son bras de fer contre les syndicats.

Mais tout le monde ne critique pas le mouvement social. «Les Français défendent leur qualité de vie, leur sécurité sociale, leurs retraites. Nous avons abandonné tout ça il y a bien longtemps et préféré plier devant Wall Street», regrette un New Yorkais dans le Times. Il conclut: «Vive la France!»

Pensez-vous que les Français refusent de regarder la réalité en face et devraient accepter de travailler deux ans de plus? Dites-le nous dans les commentaires ci-dessous.