M.BUREAU / AFP

OPINION

Sécurité: Les mesures de Sarkozy «inefficaces» pour 69% des Français

Mais la semaine dernière, une autre enquête disait le contraire...

D’après un sondage CSA pour Marianne, à paraître samedi, la politique sécuritaire de Nicolas Sarkozy est qualifiée de «plutôt inefficace» par une large majorité de Français (69%). Sans surprise, les sympathisants de gauche sont plus nombreux à partager cet avis (72%) que ceux de droite (53%). Ce jugement négatif concerne toutes les catégories de faits proposés par l’institut de sondage: atteintes aux biens (plutôt inefficace pour 58%), atteintes aux personnes (plutôt inefficace pour 69%), délinquance financière (72%) et encore plus violences urbaines (78%). Les sondés attribuent d’abord aux inégalités sociales, à 73%, la cause de la hausse de la délinquance. Viennent ensuite «la suppression de la police de proximité» (68%), «l'incivilité des citoyens» (68% également) et «la réduction du nombre de policiers» (66%).

Globalement, l’immigration contribue à l’augmentation de la délinquance pour 47% des Français, 49% estimant au contraire qu’elle n’y contribue «plutôt pas ou pas du tout». On note là une fracture entre les sympathisants de droite et ceux de gauche, les premiers sont 61% à voir dans l’immigration une cause de la hausse de la délinquance, les seconds sont seulement 33% à le penser.

Les exilés fiscaux dans le viseur

Enfin, une courte majorité de Français – 51% - désapprouve le retrait de la nationalité pour sanctionner certains délits comis par des personnes d’origine étrangère. Parmi ces critiques: 63% des sympathisants de gauche, 28% des sympathisants de droite. Quelque 46% (36% sympathisants de gauche, 69% de droite) optent pour la réponse: «plutôt favorable car l'acquisition de la nationalité doit être remise en cause en cas d'acte grave». En revanche, les sondés sont plus sévères avec les exilés fiscaux: 66% jugent qu’ils ne méritent pas la nationalité française.

Les Français auraient-ils changé d’avis en une semaine? La semaine dernière, deux enquêtes, l’une de l’Ifop pour Le Figaro et l’autre du CSA, déjà, pour L’Humanité. Dans la première enquête, les sondés approuvaient à 80% (pour les auteurs d’excision par exemple) ou 70% (pour ceux qui ont porté atteinte à la vie d’un policier) la déchéance de nationalité. Dans la seconde, 57% des Français jugeaient cette mesure «nécessaire» tout en l’estimant «discriminatoire» (55).

«Pas de contradictions» disent les politologues

Interrogés par l’AFP, les politologues Jean-Daniel Lévy (CSA) et Jérôme Fourquet (Ifop ) expliquent en chœur que «tout dépend de la formulation des questions».  «On a passé beaucoup de temps à réfléchir à la formulation pour éviter que la réponse ne soit dans la question», a expliqué le politologue du CSA. «Il faut être précis, le sujet est complexe», ajoute Jérôme Fouquet, qui estime qu’ «il n’y a pas de contradictions» entre les résultats des différents sondages. «Le fait que les Français plébiscitent les mesures préconisées par le président ne veut pas dire qu'il lui donne quitus sur sa politique sécuritaire», assure-t-il.

«Quand on interroge les Français sur leur rapport à l'immigration, ils sont perpétuellement tiraillés entre deux regards: celui qu'ils portent sur la France, pays des droits de l'Homme, et celui qu'ils portent sur le comportement des immigrés. Ils ont le sentiment que la situation économique est plus difficile pour les immigrés, mais que ceux-ci ne font pas toujours ce qu'il faut pour s'intégrer», ajoute Daniel Levy.

Méthodologie du sondage CSA pour Marianne
Sondage réalisé par téléphone le 11 août auprès d'un échantillon de 1.021 personnes de 18 ans et plus, méthode des quotas.