Deux syndicats de police réclament des poursuites contre un rappeur

POLEMIQUE Il est l'auteur d'un clip intitulé «Tirer sur les keufs»...

M.P.

— 

Deux syndicats de policiers, Alliance Police et Synergie Officiers, ont interpellé jeudi Brice Hortefeux pour qu’il engage des poursuites contre le rappeur Abdul X, auteur d’un clip intitulé «Tirer sur les keufs». Dans la soirée, c'est le ministère de la Justice qui a «demandé au parquet de Paris d'ouvrir une enquête préliminaire à la suite de certains propos - relevant de l'apologie de crime - tenus par le rappeur Abdul X dans un clip diffusé sur internet», selon un communiqué de la Chancellerie. Brice Hortefeux indique pour sa part avoir porté plainte auprès du procureur de la République du tribunal de grande instance de Paris contre Abdul X. Dans un communiqué, il exprime «consternation» et sa «colère».

Alliance Police, le deuxième syndicat de gardiens de la paix, s'est dit profondément choqué par les propos tenus par un ‘artiste’ de rap qui, dans un vidéo clip diffusé sur YouTube, appelle clairement au meurtre de policier et à brûler la police dans tous les quartiers de l'Ile-de-France».

«Clip crasseux et ignominieux»

Pour le syndicat, «la liberté d'expression ou la création artistique ne peuvent en aucune façon légitimer de telles incitations à la haine». Il a donc saisi le ministre de l'Intérieur afin «que tout soit mis en oeuvre pour faire cesser la diffusion de cette vidéo, protéger la police nationale et ses représentants contre ce type de provocation». Alliance Police dit souhaiter qu’une enquête soit ouverte contre le rappeur, en vue «de le présenter devant la justice afin qu'il soit sanctionné».

De son côté, Synergie Officiers,  le deuxième syndicat d'officiers de police, se déclare «révolté par ce véritable appel au meurtre sur des fonctionnaires de police». «L’auteur de cette diarrhée verbale utilise sans vergogne des termes tels que ‘tirer sur les keufs, si tu en vises un, tu ne le rates pas, une balle dans sa race, toutes les banlieues de Paname brûlent la police’», rapporte le syndicat, qui demande également au ministre «d’engager des poursuites contre les interprètes de  ce clip crasseux et ignominieux». Synergie officier estime que «dans un climat d’explosion de la violence et de multiplication des agressions contre des policiers, de tels messages ne peuvent être banalisés». Le ministère de la Justice a, au moins, entendu les revendications des forces de l’ordre.

En raison de débordements, nous sommes obligés de fermer cet article aux commentaires.