Grenoble: Cinq des six personnes placées en garde à vue remises en liberté

VIOLENCES Une opération de police a eu lieu dans le quartier de la Villeneuve ce mardi matin...

avec AFP

— 

J.P. CLATOT / AFP

Cinq des six jeunes hommes interpellés ce mardi matin dans le quartier populaire de la Villeneuve à Grenoble avant d'être placées en garde à vue, ont été remis en liberté en fin d'après-midi, selon des sources judiciaires. Deux d'entre eux ont été libéré dans la matinée, dont l'un parce qu'il «se trouvait en Algérie lors des faits, comme le prouve son passeport», selon le parquet. Les trois autres ont été relâchés en fin d'après-midi.

«En l'absence d'éléments matériels et face à leur dénégation, ils ont été libérés faute de charges suffisantes», a expliqué Jean Philippe, procureur de la République, précisant cependant, que l'enquête se «poursuivait».

Agés de 19 à 21 ans

L'audition des six jeunes gens, âgés de 19 à 21 ans a débuté dans la matinée, «afin de vérifier leur implication dans le cadre d'une enquête préliminaire pour dégradations, incendies et violences sur fonctionnaires de polices, suite aux feux de voitures et aux jets de pierres contre les forces de l'ordre».

Ils ont été interpellés vers 7h mardi matin dans le quartier de la Villeneuve, où trois jeunes hommes avaient déjà été arrêtés avant d'être remis en liberté, le 5 août dernier, pour la même enquête. La police criminelle, le GIPN et des CRS ont pris part à ces interpellations qui se sont déroulées sans incident. 

Opération et perquisitions

L'opération a duré jusqu'à 8h30 avec des perquisitions dans des appartements de ce quartier de grands ensembles, où se déroule la deuxième opération de police en moins d'une semaine. La première opération avait eu lieu le 4 août, à la veille d'une visite du ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux.

Quatre hommes, dont deux mineurs, avaient alors été placés en garde en vue à Grenoble dans le cadre de l'enquête sur le braquage, à la mi-juillet, d'un casino. La mort de l'un des braqueurs, Karim B., 27 ans, abattu par la police au cours d'un échange de tirs, avait entraîné trois nuits de violences urbaines à la Villeneuve, où habitait le jeune homme.

En raison de débordements systématiques, nous nous voyons contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.