La légende de la Dame Blanche: soudain, l'auto-stoppeuse se met à hurler

ETE Chaque vendredi, 20minutes.fr décrypte une légende urbaine qui nous a tous fait frissonner, le soir autour du feu de camp...

— 

Capture d'écran d'un reportage consacré à la Dame Blanche de Caen dans l'émission «La soirée de l'étrange», diffusée sur TF1.
Capture d'écran d'un reportage consacré à la Dame Blanche de Caen dans l'émission «La soirée de l'étrange», diffusée sur TF1. — TF1

«Il est minuit, sur une petite route de campagne. Un jeune homme se rend en voiture à une soirée. Sur le chemin, il aperçoit une femme toute de blanc vêtue qui semble faire du stop sur le bas-côté. Il s’arrête, lui propose de la déposer. La femme monte. Ils reprennent la route. L’autostoppeuse ne dit pas un mot. Quand, tout à coup, elle se met à hurler “Attention au virage!“ Le conducteur pile, et se retourne. La femme s’est volatilisée. Choqué, il va raconter son histoire au poste de police le plus proche. On lui répond que l’autostoppeuse est morte de nombreuses années auparavant dans un accident. Sa voiture a manqué le virage et s’est écrasée au fond du ravin.»

Des variantes

Il existe plusieurs versions du mythe de la Dame Blanche. L’auto-stoppeuse peut également demander à être reconduite à une adresse précise, et emprunte un vêtement (une veste la plupart du temps) à la personne – souvent un homme – qui la dépose. Après l’avoir fait, le conducteur se rend compte qu’il a oublié de reprendre sa veste. Lorsqu’il revient sur ses pas, une autre personne lui ouvre et lui apprend que celle qu’il vient de déposer est morte. Pour en être sûr, il se rend au cimetière et retrouve sa veste sur la pierre tombale.

Le mythe de l'auto-stoppeuse fantôme est la légende liée à une Dame Blanche la plus répandue de nos jours. Cependant, la «famille» des Dames Blanches regroupe aussi les spectres hantant des châteaux, ou encore certaines entités surnaturelles (lavandières de la nuit, annonciatrices de mort prochaine). Le mythe pourrait être inspiré de la banshee, être légendaire issu du folklore irlandais et écossais, souvent une femme vêtue d’une robe blanche, à la longue chevelure hirsute et au visage très pâle. Son cri est annonciateur d’une mort toute proche pour celui qui l’entend.

Resurrection Mary

Des auto-stoppeuses fantôme («vanishing hitchhikers» en anglais) ont été repérées dans de nombreux pays du monde occidental (France, Grande-Bretagne, Europe centrale…) même avant le XXe siècle: une ballade anglaise datant de 1723 raconte presque la même histoire.

Aux Etats-Unis, les premiers récits présentant une Dame Blanche remontent aux années trente à Chicago. Il s'agit de la légende de Resurrection Mary. À cette époque, plusieurs conducteurs circulant sur Archer Avenue, la route allant de la salle de bal Willowbrook au cimetière de Resurrection, racontèrent avoir pris en stop une jeune femme portant une robe blanche, et qui demandait à descendre arrivée à proximité du cimetière, avant d’y disparaître. La légende veut que ce soit le fantôme d'une jeune femme tuée par un véhicule sur le bord de cette route et qui aurait été enterrée dans sa robe de bal au cimetière de Resurrection.

Des auto-stoppeuses fantôme seraient régulièrement repérées sur les routes de France, comme sur celle conduisant à Château-Bernard, en Isère, ou encore sur la D7, entre Caen à Luc-sur-Mer.

>> Alors, est-ce le folklore européen qui survit dans ce mythe de la Dame Blanche, grâce à une «contamination» entre les différents récits, ou ces phénomènes arrivent-ils réellement? Donnez-nous votre avis dans les commentaires ci-dessous…