Les prévisionnistes chauds pour une canicule

METEO La vague de chaleur en Rhône-Alpes pourrait laisser présager un été brulant dans tout le pays...

Ingrid Gallou

— 

L'été devrait être plus chaud que la moyenne, avec un risque de canicule comme en 2003.
L'été devrait être plus chaud que la moyenne, avec un risque de canicule comme en 2003. — S. POUZET / 20 MINUTES

«Ça nous a rappelé les événements de 2003», confie Eric Mas, directeur technique à Météo Consult, à propos de l'épisode de canicule observé le week-end dernier dans le Rhône. Cette année-là aussi, «les premiers assauts avaient été observés en juin. Une canicule, poursuit-il, n'arrive pas comme ça.»

«Eté plus chaud que la moyenne»

Il y a des signes précurseurs, et il semblerait que ce dernier en soit un. L'été sera en tout cas «plus chaud que la moyenne, avec un risque de canicule comme en 2003». Même écho du côté de Météo France, qui envisage deux scénarios: «Une chaleur modérée et durable, mais sans excès, ou bien un été en dents de scie avec des périodes de chaleur marquée alternant avec des périodes plus froides», d'après Etienne Kapikian, prévisionniste.

Parmi les zones les plus menacées par une possible canicule, la vallée du Rhône, et un périmètre allant de Toulouse au nord de l'Aquitaine. Attention, prévient Etienne Kapikian, «on peut aussi avoir un été chaud, mais pourri». Entendez pluvieux. Car des dégradations orageuses parfois violentes pourraient venir perturber la chaleur de l'été. Des pluies trop soudaines qui ne contribueront pas à remplir les nappes phréatiques. De quoi, selon Eric Mas, «inquiéter les spécialistes», car l'eau pourrait venir à manquer.

Une conséquence du réchauffment climatique

Celle du littoral en revanche devrait gagner un degré en moyenne: «On va se baigner dans de l'eau chaude», annonce d'ores et déjà le directeur technique de Météo Consult. Pourquoi de telles chaleurs après un hiver froid et neigeux? Etienne Kapikian y voit l'œuvre du réchauffement climatique, dont le rythme s'est accru ces trente dernières années. «On constate de plus gros écarts entre les saisons, mais l'hiver se réchauffe moins vite que l'été.» Reste que les saisons sont plus douces, avec un degré en moyenne gagné en un siècle.

Et cette semaine?

D'après Météo Consult, nous connaîtrons dès mercredi et pour les prochaines 72 heures des températures «très proches des seuils de canicule», qui iront en augmentant jour après jour. Les journées de jeudi et de vendredi, tout particulièrement, connaîtront des pics de chaleur et seront «ressenties par la population comme très chaudes». Le frais arrivera ensuite par le nord-ouest, faisant descendre de quelques degrés les températures du week-end.