La Riviera veut garder les pieds au sec

à Nice, Jean Christophe Magnenet

— 

La nouvelle digue peut supporter des crues centennales de 3 800 m3.
La nouvelle digue peut supporter des crues centennales de 3 800 m3. — J. C. MAGNENET / ANP / 20 MINUTES

Finis les risques d'inondation sur la Côte d'Azur ? Le long du fleuve Var, dans les Alpes-Maritimes, une nouvelle digue censée protéger le centre administratif départemental (Cadam) a été inaugurée hier. « Un ouvrage de 1 km de long qui met à l'abri 8 000 habitants et 2 500 salariés », assure le préfet Francis Lamy. Ce nouveau rempart, qui a coûté 2 millions d'euros, a été conçu pour supporter les crues centennales d'un débit de 3 800 m3 d'eau à la seconde.

Des cours d'eau sous surveillance
Le renforcement de cette digue n'est qu'une étape supplémentaire du programme d'action et de prévention des inondations lancé l'an dernier pour sécuriser des zones inondables. Un préalable incontournable avant de démarrer l'urbanisation de cette fameuse plaine du Var, qui doit accueillir dans les prochaines années l'opération d'intérêt national, baptisée « EcoVallée ».
Pour compléter ces aménagements, un dispositif unique au monde a été mis en place sur les sommets alpins. A la pointe du mont Vial, le radar météorologique Hydrix anticipe depuis quelques mois les crues des cours d'eau. « Sur un rayon de 60 km, nous pouvons visualiser la quantité d'eau de pluie qui tombe et la taille des gouttes », explique Emmanuel Moreau, de la société Novimet. Aux côtés du conseil général des Alpes-Maritimes, du Cemagref et du centre Arpa de Turin, cette entreprise participe au projet Cristal, qui tente de gérer les crues dans les bassins alpins. Des bulletins d'alerte peuvent désormais être communiqués aux collectivités quelques heures avant le déluge avec une visibilité globale de la situation hydrométrique. Un système qui aurait peut-être permis d'éviter le pire à la mi-juin dans le Var.