Disparition du petit Nicodème: le point sur l'enquête

DECRYPTAGE 20minutes. Revient sur sa disparition samedi en fin d'après-midi et les pistes privilégiées par les enquêteurs pour expliquer son décès...

Bérénice Dubuc

— 

Le procureur de la République de Saint-Malo,  Alexandre de Bosschère (C), entouré de gendarmes après la découverte du corps du petit Nicodème, au Minihic-sur-Rance, près de Dinard, le 5 juillet 2010.
Le procureur de la République de Saint-Malo, Alexandre de Bosschère (C), entouré de gendarmes après la découverte du corps du petit Nicodème, au Minihic-sur-Rance, près de Dinard, le 5 juillet 2010. — AFP PHOTO CYRIL FOLLIOT

Que s’est-il passé le samedi 3 juillet?

Nicodème, un petit garçon de 22 mois aux yeux bleus et aux cheveux blonds bouclés, a disparu samedi après-midi du domicile de ses grands-parents à Pleurtuit, près de Dinard, en Ille-et-Vilaine. Arrivé de région parisienne la veille, il avait été confié à ses grands-parents pour les vacances. Il a «échappé à la vigilance» des adultes, alors qu'il jouait vers 17h avec les autres enfants dans le «jardin partiellement clos de la résidence». «Il jouait au ballon dans le jardin (...) la seule échappatoire, c'est le ruisseau au fond de la propriété. Il y a 20 cm d'eau, peut-être que son ballon est tombé dedans... On n'a pas retrouvé le ballon», a confié à France 3 Ouest le grand-père de Nicodème, très choqué.

Pourquoi une alerte enlèvement n’a pas été lancée?

Parce qu’il n’y avait pas de piste en faveur d'un enlèvement. «A ce stade, aucun élément objectif ne permet de conclure à l'enlèvement» mais «compte tenu de l'âge de l'enfant», il a été décidé que les recherches seraient menées dans le cadre d'une enquête judiciaire pour «disparition inquiétante», a indiqué samedi Louis-Paul Le Ravallec, officier de communication de la gendarmerie.

Comment ont été menées les recherches?

Dès la disparition signalée, des recherches ont été lancées autour de la commune, avec plusieurs dizaines d'hommes, un hélicoptère et un maître-chien. Le signalement de l’enfant avait été diffusé, et un numéro vert avait également été mis en place pour recueillir des informations auprès d’éventuels témoins. Dimanche, 120 gendarmes et gendarmes mobiles d'Ille-et-Vilaine et de Mayenne, venus en renfort, étaient mobilisés, ainsi que plusieurs hélicoptères. Pompiers, moyens SNSM (Société nationale de sauvetage en mer) et riverains ont également prêté main-forte aux enquêteurs, sans succès. Les recherches ont repris ce lundi matin à 8h, avec de nouveaux renforts.

Comment a été retrouvé le corps de l’enfant?

Ce lundi matin, le corps du garçonnet a été retrouvé dans la fosse septique de la maison de ses grands-parents, située à un mètre du mur de la demeure. La fosse avait déjà été inspectée plusieurs fois, samedi soir notamment, et était couverte par une dalle de béton quand un gendarme l'a fouillée à nouveau avec un râteau. Nicodème portait les mêmes vêtements qu'au moment de sa disparition, et le ballon avec lequel il jouait au moment de sa disparition a également été retrouvé dans la fosse.

Qu’est-il arrivé à Nicodème?

Après l’autopsie pratiquée ce lundi après-midi à l'Institut médico-légal de Rennes, les premières observations du médecin légiste «ne permettent pas de conclure» avec certitude sur les causes de la mort. Cependant, elles «ne sont pas incompatibles avec un décès par noyade», a déclaré le procureur de la république de Saint-Malo, Alexandre de Bosschère. Il a précisé que le corps du garçonnet ne comportait pas de traces de violences. «Un élément de plus qui montre que la thèse accidentelle est plausible», assure-t-il.

Quelle est la piste privilégiée des enquêteurs?

L'enquête se concentre sur la plaque qui recouvre la fosse septique. Objectif: savoir si la fosse, couverte en temps normal, était ouverte samedi et comment l’enfant y est tombé, vu le poids de la dalle (une quinzaine de kilos). Des techniciens procèdent à des relevés sur le terrain pour voir si le poids de l'enfant aurait pu la faire basculer.

Cependant, le procureur de la république préfère «ne pas se focaliser» sur cette hypothèse avant les ultimes vérifications. Les enquêteurs vont ainsi auditionner les membres de la famille, notamment les trois frères et la cousine de l'enfant, pour tenter de mieux comprendre ce qui a pu se passer. Elles auront lieu mardi, «dans un cadre protecteur, en compagnie d'un pédo-psychiatre», a souligné le procureur.

>> Nous sommes désolés pour les témoignages de sympathie et de tristesse postés sous cet article, mais devant la teneur d'autres messages, nous sommes contraints de fermer cet article aux commentaires.