Education nationale: appel à la grève les 6 et 7 septembre

SOCIAL Pour participer à la lutte contre le projet de réforme des retraites...

avec AFP

— 

Manifestation des fonctionnaires à Paris en janvier 2010 contre les suppressions de poste.
Manifestation des fonctionnaires à Paris en janvier 2010 contre les suppressions de poste. — CHAMUSSY/SIPA

Le Snes-FSU, premier syndicat des collèges et lycées, appelle à la grève les 6 et 7 septembre pour protester contre «la gravité des attaques» dans l'Education et «en lien» avec l'appel intersyndical lancée pour le 7 septembre contre le projet de réforme des retraites, dans un communiqué lundi.

«La gravité des attaques contre le second degré, avec les difficultés déjà perçues par beaucoup de personnels pour la rentrée, et la volonté de continuer à construire un rapport de force contre la politique économique, sociale du gouvernement conduisent le Snes à appeler les personnels du second degré à la grève pour les 6 et 7 septembre», écrit le syndicat.

«La grève du lundi 6 septembre, premier jour de fonctionnement normal des établissements et jour de la rentrée de tous les élèves, répond à une situation exceptionnelle de crise où le système éducatif, et notamment le second degré, est attaqué comme jamais (budget, réformes, gestion des personnels...)», explique-t-il.

Remise en cause des droits et salaires des fonctionnaires

«Elle s’articule pleinement avec la journée de grèves et de manifestations du 7 septembre (à l’appel de la CFDT, CFTC, CGT, FO, FSU, UNSA, Solidaires)», précise le syndicat.

Cela «permet de faire le lien entre le sens global des réformes, le sacrifice de l'intérêt général - notamment dans l'Education où la réussite de tous n'est plus un objectif -, la remise en cause des droits et salaires des fonctionnaires et la brutalité et le cynisme dans les choix faits par le gouvernement en matière d’emplois, de salaires, de retraites», conclut l'appel.

Mardi dernier, tous les syndicats français, sauf la CFE-CGC, ont appelé à une nouvelle journée de grèves et de manifestations le 7 septembre, jour où le Parlement commencera l'examen du projet de réforme des retraites reculant de 60 à 62 ans l'âge de départ légal.