Homme battu à mort sur l'A13: hommage de ses collègues et de ses proches

FAIT-DIVERS Une minute de silence a été observée...

O.R. avec AFP

— 

Carte de localisation de Chapet, près des Mureaux, dans les Yvelines.
Carte de localisation de Chapet, près des Mureaux, dans les Yvelines. — Google Maps/DR

Environ 150 salariés, membres de la famille et amis de Mohamed L. se sont réunis lundi dans l'imprimerie de Lognes, en Seine-et-Marne, où travaillait le jeune homme battu à mort fin juin lors d'une rixe sur l'autoroute A13, et ont observé une minute de silence en sa mémoire.

«Nous avons voulu évoquer le souvenir des moments passés en sa compagnie, ses qualités humaines, son sens du collectif, tout ça restera gravé dans nos cœurs», a expliqué avec émotion Jean-François Calarnou, directeur de l'entreprise Roto France Impression S.A, où Mohamed travaillait depuis 2005.

Une trentaine de proches et de membres de la famille, dont sa mère, sa femme et ses frères, avaient fait le déplacement dans les locaux de l'entreprise où les machines avaient toutes été arrêtées pour l'occasion.

«Aucune notion de vengeance»

«Aujourd'hui je pense à mon cousin qui a été sauvagement battu à mort devant sa famille sur la route des vacances et tout ça pour un banal constat», a regretté devant la presse Kader, cousin germain de la victime, précisant qu'«il n'y a aucune notion de vengeance» mais le souhait que «justice soit faite».

«Je pense aussi à mes concitoyens qui peuvent tomber sur ce genre de milice barbare», a-t-il martelé.

Une plaque sur laquelle est inscrit «en souvenir de notre collègue Mohammed», a été dévoilée au moment de la minute de silence et avant que la sonnerie des machines ne retentisse en souvenir du jeune homme.

«Quelqu’un de parfait»

«Ils ont tué un honnête homme, quelqu'un de parfait», a déploré Daniel Ferreira, collègue de Mohamed. «Pour aider sa famille financièrement, nous avons tous décidé de donner une journée de RTT», a-t-il indiqué.

Vendredi, le procureur de la République de Versailles Michel Desplan a indiqué que «les personnes ayant participé le plus activement» à la rixe «avaient déjà été arrêtées». Il a par ailleurs ajouté que quatre autres personnes soupçonnées d'avoir participé à la rixe étaient recherchés.

Six personnes, d'une vingtaine d'années, ont déjà été arrêtées avant d'être écrouées, dont la conductrice de la voiture rentrée en collision avec celle de la victime. Au total dix personnes seraient donc impliquées.

>> En raison de débordements systématiques sur ce type de sujet, nous nous voyons contraints de fermers cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.