Draguignan: les directeurs de la prison relâchés, le mouvement terminé

VAR En fin d'après-midi...

avec AFP

— 

La prison de Draguignan, le 16 juin 2010.
La prison de Draguignan, le 16 juin 2010. — AFP PHOTO/GERARD JULIEN

Les personnels de la prison de Draguignan, dans le Var, inondée par les intempéries du 15 juin et évacuée le lendemain, ont cadenassé lundi matin les grilles de l'établissement et retenaient les deux directeurs à l'intérieur des locaux, selon une source syndicale. En début d'après-midi, les deux directeurs retenus ont retrouvé leur liberté de mouvements. En fin d'après-midi, le mouvement était terminé.

Le mouvement, décidé lors d'une assemblée générale à l'appel de l'intersyndicale (FO, Ufap, CFDT, CGT), visait à obtenir des autorités une réponse sur le devenir de la prison. Le personnel a rencontré dans l'après-midi le directeur interrégional de l'administration pénitentiaire, M. Patrick Mounaud.

«Il restera bien un établissement à Draguignan mais il est trop tôt pour prendre une décision de réouverture ou non», a déclaré à la presse Patrick Mounaud.

«Mutation ou mise à disposition»

Selon lui, après les dégâts causés par les intempéries, il faudra prendre en compte «deux éléments: les prescriptions du plan de prévention des risques d'inondation et le diagnostic précis des structures».

Il a indiqué également que les personnels qui «ont effectué un excellent travail de nettoyage» de l'établissement, avaient «sur volontariat la possibilité de demander leur mutation ou la mise à disposition indemnisée sur des établissements de la région où ont été placés les détenus transférés».

Lundi matin, inquiets sur leur devenir, les personnels ont cadenassé les portes, retenant le directeur et son adjoint dans l'attente d'une rencontre avec le préfet. En fin de matinée, le directeur de cabinet Simon Babre a reçu une délégation et annoncé la venue du directeur de l'administration pénitentiaire «avant le 14 juillet».

«Aucune décision sans concertation»

«Aucune décision ne sera prise sans concertation avec le personnel», a-t-il déclaré, assurant qu'«il y aura toujours une prison à Draguignan, soit sur le site actuel, soit sur un autre site».

Le personnel, qui craignait une mutation pour mi-juillet, avait indiqué le 22 juin avoir obtenu de la direction de l'administration pénitentiaire la promesse d'un maintien de l'activité de la prison, mais rien n'avait été confirmé officiellement. Vendredi, les agents avaient suspendu leur activité de nettoyage du centre.

Le 16 juin, au lendemain des intempéries qui ont fait 23 morts et deux disparus, l'ensemble des détenus (environ 450) de la prison de Draguignan avaient été évacués vers d'autres établissements de la région.

La prison compte près de 230 employés auxquels s'ajoutent les vacataires (éducation nationale, médecins, infirmiers). Mise en service en 1984, elle dispose de quatre quartiers: la maison d'arrêt des hommes, des femmes, le centre de détention et le quartier des fins de peine.