Un épisode de caniculesans conséquence grave

Ingrid Gallou

— 

A Lyon, des habitants se rafraîchissent.
A Lyon, des habitants se rafraîchissent. — P. DESMAZES / AFP

Un petit tour et puis s'en va… ou presque. Un épisode de canicule a été observé ce week-end dans le département du Rhône, rapidement levé au bout de 24 heures par Météo France. Soumis à des températures allant jusqu'à 34 °C et ne descendant pas au-dessous de 20 °C la nuit, le Rhône est le premier département à avoir été placé en état de canicule depuis le début de l'été.Une situation qui n'aurait pas entraîné, selon le ministère de la Santé, de hausse notable des hospitalisations. Dans la région Rhône-Alpes, le nombre de passages aux urgences est resté stable, tout comme dans le reste de la France, s'établissant à 15 380 le 1er juillet, (alors qu'il est compris entre 15 000 et 18 000 chaque jour).Pas d'alerte non plus du côté des personnes âgées : les admissions aux urgences n'ont pas dépassé la moyenne habituelle. Comme chaque année depuis 2004, le niveau de veille du plan a été activé depuis le 1er juin et jusqu'au 31 août.
Cet après-midi, Météo France prévoit des températures agréables, avec une minimale de 20 °C à Brest. Elles dépasseront généralement les 30 °C autour de la Méditerranée, avec une pointe à 33 °C à Marseille. Des températures qui iront en augmentant à partir de demain, pour redevenir en milieu de semaine bien supérieures aux moyennes saisonnières.