Les commerçants ont consenti le premier jour des soldes des rabais importants, jusqu'à 70%, pour écouler les invendus, et attirer une clientèle plus préoccupée par le prix de l'essence et la flambée des prix alimentaires que par la mode.
Les commerçants ont consenti le premier jour des soldes des rabais importants, jusqu'à 70%, pour écouler les invendus, et attirer une clientèle plus préoccupée par le prix de l'essence et la flambée des prix alimentaires que par la mode. — Jacques Demarthon AFP/Archives

CONSOMMATION

C'est parti pour les soldes d'été!

Elles doivent durer jusqu'au 3 août prochain...

C'est parti! Dès 8 heures ce emrcredi matin, les consommateurs vont prendre d'assaut les magasins ou se ruer sur Internet pour profiter des soldes. Les remises annoncées de 30, 50, 70%, voire 90% sur le net, sont bienvenues en temps de crise et à trois jours des départs en vacances.

Peur des vacances scolaires

Beaucoup de commerces étendent leurs horaires à cette occasion, mais tous ne seront pas aussi matinaux. Sur Internet, les sites marchands s'attendent immédiatement à un fort afflux. Une partie des commerçants a demandé, sans succès, que le coup d'envoi des soldes soit avancé d'une semaine, craignant de ne pas faire le plein si près des vacances scolaires, qui commencent vendredi soir. Mais d'autres rappellent que le gros des départs ne se fait qu'à partir du 14 juillet.

>> Retrouvez tous les conseils de la rédaction pour bien shopper par ici

D'autant que le retour de la chaleur est de bon augure pour les commerçants, après des mois de mai et juin frais, peu propices aux ventes. L'euro a aussi beaucoup baissé, ce qui incite les touristes à acheter plus. Les Galeries Lafayette s'attendent d'ailleurs à un «très bon cru». Les grands magasins voient leurs ventes progresser depuis quelques mois, à contre-courant du reste du secteur du textile-habillement, qui vit sa troisième année de baisse.

Les soldes, traditionnellement moins bonnes en été

A la Fevad, la Fédération du e-commerce et de la vente à distance, on pense aussi que «les gens vont essayer de faire de bonnes affaires en temps de crise». Reste que «les soldes d'été ne sont jamais aussi bons que les soldes d'hiver», note Pascale Hébel, directrice du département consommation au Crédoc. Car les consommateurs déboursent moins pour des tenues légères, qui ne sont pas destinées au travail. Et l'été, loin de l'école, les jeunes «ont moins besoin de porter des vêtements de marque».

Il faut aussi prendre en compte le pouvoir d'achat qui «n'est vraiment pas bon depuis le début de l'année», souligne le Crédoc. Les soldes, qui commenceront plus tard en PACA, en Corse et dans les DOM-TOM, sont le seul moment de l'année où les commerçants peuvent vendre à perte pour écouler leurs stocks. Les articles soldés et non soldés doivent être toutefois clairement séparés. Et le consommateur bénéficie des mêmes garanties en matière de vices cachés ou de service après-vente que d'ordinaire.