Comment éviter la noyade?

ÉTÉ 2010 rien qu'en Méditerranée, 70 personnes sont mortes noyées et 8 ont disparu en mer...

O.R.

— 

Les sauveteurs peuvent aussi intervenir en mer grâce à deux vedettes et un zodiac.
Les sauveteurs peuvent aussi intervenir en mer grâce à deux vedettes et un zodiac. — J.C. MAGNENET / ANP

Sable chaud, soleil, eau. Le cocktail est idyllique pour les vacanciers au bord de la mer ou de l’océan. Mais méfiance, même en vacances, il faut rester attentif, notamment aux risques de noyade. En effet, en 2010 en Méditerranée, 70 personnes sont mortes noyées, 8 ont disparu en mer et le nombre d'opérations de secours est le plus important depuis 10 ans, selon le dernier rapport du Centre Régional Opérationnel de Surveillance et de Sauvetage en mer (Cross) Méditerranée.

Déjà entre juin et août 2009, 462 personnes étaient mortes par noyade en France, dont 57% en mer, selon une enquête de l’institut de veille sanitaire. Avant de partir en vacances, mieux vaut donc se rappeler les consignes de sécurité à appliquer pour un été serein.

«Deux catégories de personnes sont particulièrement à risques», explique Sophie Sabin, de l'Institut national de prévention et d'éducation pour la santé (INPES), «les enfants et les personnes de plus de 45 ans».

En mer ou en plan d’eau

Privilégier les zones surveillées. En cas d’incident, des secouristes sont présents et peuvent intervenir plus vite. Il faut néanmoins connaître la signification des couleurs des drapeaux. Drapeau vert: baignade autorisée, orange: autorisée avec précaution, rouge: baignade interdite. Evitez de vous baigner dans des zones où les berges sont abruptes ou glissantes: vous risquez de tomber ou de ne pas réussir à sortir de l’eau.

Connaître la zone où on se baigne et ses risques. Notamment s’informer sur les courants et les marées. Attention aux baïnes dans l’Atlantique. Ces cuvettes d’eau, séparées de l’océan par un banc de sable provoquent de fort courant à marée descendante, qui attirent les nageurs vers le large.

Contrôler votre forme. Si vous vous sentez faible, frissonnez ou ressentez un trouble physique, ne vous baignez pas. Et ne consommez pas d’alcool avant ou pendant la baignade. Dans tous les cas, évitez de nager à plus de 300 mètres du rivage.

Attention au risque d’hydrocution ou de malaise. Entrez progressivement dans l’eau, et évitez de vous baigner aux heures les plus chaudes ou après une exposition au soleil.

Attention aux enfants. Ne les laissez jamais seuls et baignez vous avec eux. S’ils ne savent pas nager, équipez-les de brassards à leur taille, portant la norme NF 1311138-1. «Il faut toujours désigner un adulte responsable de la surveillance, sinon, on croit toujours qu'un autre s'en occupe», recommande Sophie Sabin.

Dans les lacs et les rivières

Il s'agit du lieu où les noyades sont les plus meurtrières, souligne Sophie Sabin. Notamment car il y a peu de zones surveillées. Il faut donc suivre les mesures citées au-dessus, et privilégiées les zones aménagées pour la baignade.

Les sports nautiques

«20% des noyades ont lieu lors de loisisrs nautiques», rappelle Sophie Sabin. D'où l'importance de respecter les consignes de sécurité. Lors d’activité sportives (plongée, kayak, surf etc.) il faut «suivre les consignes, rester dans les zones autorisées, et s'équiper des articles de sécurité: casque et gilet de sauvetage», précise-t-elle. Passez une visite médicale avant, ne plongez pas seul, et prévenez d’autres personnes de vos activités et itinéraires. Avant tout départ, renseignez-vous sur la météo et adapter votre matériel, notamment la combinaison, car le froid est le principal danger.

En mer, attention à la météo et surtout aux vents: ne sortez pas par vent de terre, surtout si vous débutez.

En piscine

Equipez vos piscines de dispositifs de sécurité: barrière, couverture ou alarme. Mais attention, cela ne remplace pas la surveillance des enfants, qui doit, là aussi, être permanente. Gardez à proximité du bassin une perche et une bouée, pour porter secours à l'enfant, ainsi qu'un téléphone pour appeler les pompiers ou le Samu.

Les bouées ou matelas pneumatiques ne protègent pas de la noyade, ce sont des jeux.

Respectez les consignes valables en mer quant à l’hydrocution ou les conditions physiques.

Et si on est en difficulté...

«En mer, il ne faut surtout pas lutter contre le courant ou les vagues», explique Sophie Sabin. En effet, on risque de s'épuiser. «Il faut se mettre sur le dos, pour flotter. Ça dégage les voix respiratoires et permet d'appeler à l'aide», poursuit-elle. Dans le cas où on voit une personne en train de se noyer, le premier réflexe doit être d'avertir les secouristes, si on est sur une zone surveillée, ou d'appeler les secours. Attention, il ne faut pas forcément plonger pour aider la personne, surtout si on nage mal, si on n'est pas en forme ou si les conditions sont difficiles.

Les numéros d’urgence

A terre
15 - SAMU
18 - Sapeurs pompiers ou 112 numéro d’urgence européen
16 16 - Vers un CROSS (Centres Régionaux Opérationnels de Surveillance et de Sauvetage en mer) pour envoyer les secours au large (depuis un téléphone portable).

En mer
Canal 16 sur la VHF - Pour appeler les secours au large (CROSS). La VHF est toujours préférable au téléphone portable, car elle permet une localisation rapide par les secours.
Par téléphone:
Manche Est : 03 21 87 21 87
Normandie / Manche Centrale : 02 33 52 16 16
Bretagne / Manche Ouest : 02 98 89 31 31
Atlantique : 02 97 55 35 35
Méditerranée : 04 94 61 71 10
Corse : 04 95 20 13 63
Antilles / Guyane : 05 96 70 92 92
Réunion / Océan Indien :02 62 43 43 43