Elle ne pourra pas récupérer le sperme congelé de son défunt mari pour une insémination

PROCREATION La Cour d'appel de Rennes n'est pas revenu sur la première décision négative...

J. M.

— 

Fabienne Justel se bat pour que la législation française soit révisée.
Fabienne Justel se bat pour que la législation française soit révisée. — F. PERRY / AFP

Elle voulait faire un bébé toute seule. La Cour d'appel de Rennes a rejeté ce mardi la demande de Fabienne Justel, une veuve qui veut récupérer le sperme congelé de son mari une insémination artificielle. Le TGI avait déjà rendu une décision négative en octobre 2009.

Insémination à l'étranger

«On désirait fortement un enfant. On s'est mariés pour cette raison», expliquait Fabienne Justel à l'époque. Mais trois mois après leur mariage, en septembre 2008, son mari Dominique est décédé des suites d'un cancer incurable dont il se savait atteint. «Craignant que la chimiothérapie ne le rende stérile, il avait fait congeler son sperme», explique encore la veuve.

«Font obstacle à l'insémination ou au transfert des embryons le décès d'un des membres du couple, le dépôt d'une requête en divorce, la séparation de corps ou la cessation de la communauté de vie», avait rappelé le tribunal, citant la loi française. C'est la raison pour laquelle Fabienne Justel voulait récupérer le sperme de son mari, avant d'aller se faire inséminer à l'étranger.