L'enquête relancée

— 

In extremis. L'enquête sur « les disparus de l'Isère », qui porte sur neuf enfants tués ou portés disparus entre 1983 et 1996, a rebondi hier avec l'annonce de la découverte de dossiers égarés. La perte de ces archives et de ces scellés a compliqué la tâche d'une cellule inédite de gendarmerie, Mineurs 38, créée en 2008 pour relancer l'enquête. Cette cellule doit présenter jeudi ses travaux aux familles des victimes, cinq filles et quatre garçons alors âgés de 5 à 16 ans. Les enquêteurs ont écarté la piste d'un tueur en série, sans exclure l'hypothèse qu'une seule personne ait commis plusieurs des meurtres.