Inondations à Draguignan: «Les gens errent, hagards»

INTEMPERIES Deux habitantes racontent le difficile réveil après les inondations dans le Var...

Oriane Raffin

— 

Draguignan a été touchée par de fortes inondations mardi 15 juin 2010.
Draguignan a été touchée par de fortes inondations mardi 15 juin 2010. — REUTERS/Sebastien Nogier

«Le boulevard était un vrai torrent, avec des voitures en travers de la route, des troncs d’arbres, tout partait avec. C’est vraiment une horreur.» Cette gérante d’hôtel à Draguignan, contactée par 20minutes.fr, n’en revient toujours pas après les violentes intempéries qui ont touché le Var mardi soir. «Une des femmes d’étage est là depuis 51 ans, elle n’avait jamais vu ça», ajoute-t-elle.

>> Retrouvez des photos des inondations ici

«Il y avait un ruisseau devant l’hôtel, sur le parking, c’était un lac. On a tout barricadé, et plusieurs personnes dont les maisons étaient inondées sont venues dormir ici», poursuit-elle, décrivant de l’eau atteignant les toits des voitures.

>> Le point sur la météo par ici

4 mètres d'eau dans l'Intermarché

Au petit matin, la commune est sous le choc. «Les gens errent, hagards. Ils sont étonnés, regardent», décrit Chantal, propriétaire d’un bar dans un quartier relativement épargné. «Il y a un amas de boue dans la rue piétonne, à notre niveau, ailleurs, il y a des voitures, des gravats, les routes sont défoncées...», décrit-elle.

«Beaucoup de maisons ont eu de l’eau jusqu’au toit. Dans l’Intermarché, il y a eu 4 mètres d’eau! Ma belle-fille et mes deux petits-fils de 5 et 11 ans étaient sur le parking du supermarché, à 17h. Apparemment, ils sont montés sur le toit du bâtiment et ont été hélitreuillés. On ne savait pas où ils étaient cette nuit, on vient juste d’apprendre qu’ils sont dans un centre d’urgence», relate-t-elle, soulagée.

La caserne des pompiers inondée

Quant aux travaux à mettre en oeuvre ce mercredi, «c’est un peu la panique: la caserne des pompiers et les services de nettoyage de la ville ont été inondés, ils n’ont plus de matériel», précise Chantal. L’électricité est revenue en milieu de matinée dans son bar, contrairement à ses voisins d’en face, toujours dans le noir.

«On ne peut pas boire d’eau, le débit au robinet est très faible, donc on ne peut pas vraiment nettoyer», poursuit-elle. Si dans le bar, pas de problème de ravitaillement en boissons, selon la tenancière, «c’était la cohue» pour les personnes qui se sont rendues aux distributions organisées par les secours.

Tous regardent maintenant vers le ciel, craignant de nouveaux orages. «Il paraît qu’il va y en avoir aujourd’hui», murmure Chantal, inquiète.

Vous êtes sur place? Envoyez nous vos témoignages, vos photos et vos vidéos des inondations.