Le meurtre à l'origine d'émeutes à Perpignan jugé aux assises

JUSTICE Le procès s'ouvre ce lundi...

— 
Driss Ghaib a été tué le 29 mai 2005.
Driss Ghaib a été tué le 29 mai 2005. — R. GABALDA / AFP

Cinq ans après les faits, le procès qui s'ouvrece lundi devant la cour d'assises des Pyrénées-Orientales pourrait raviver les tensions. En 2005, le meurtre de Driss Ghaib, Franco-Marocain de 43 ans abattu de cinq balles devant chez lui à Perpignan pour une histoire de rivalité amoureuse, avait mis le feu aux poudres. Il survenait au lendemain d'une manifestation tendue durant laquelle la communauté maghrébine avait exprimé sa révolte après un premier meurtre, commis une semaine plus tôt par des gitans. 

Une cinquantaine de véhicules avaient été incendiés et de nombreuses vitrines saccagées. Guillaume Naudy, le meurtrier présumé de Driss Ghaib, dont il fréquentait l'ex-petite amie, comparaît au côté de Jérôme Goallard, soupçonné de l'avoir conduit sur les lieux du crime. Le premier, en détention provisoire depuis 2007, est jugé pour assassinat, le second pour complicité d'assassinat.

«C'est un règlement de comptes au sujet d'une femme, ce procès n'a rien à voir avec les violences qui ont suivi le meurtre», a souligné le procureur de Perpignan. Aujourd'hui, la préfecture affirme que la situation est apaisée dans les vieilles ruelles étroites du quartier Saint-Jacques, dans le centre de Perpignan. D'autres voix soutiennent que les tensions restent vives et qu'une étincelle pourrait provoquer de nouveaux affrontements.