Les 7 commandements du conducteur de deux-roues

PREVENTION 20minutes.fr fait le point sur les équipements et les comportements à avoir pour circuler en toute sécurité en moto ou en scooter...

Bérénice Dubuc

— 

S. Pouzet / 20 MINUTES

Alors que le Sécurité routière lance une nouvelle campagne de sensibilisation pour faire prendre conscience de la vulnérabilité des deux-roues motorisés, 20minutes.fr liste les sept commandements du bon conducteur de deux-roues, aussi bien côté équipement que comportement.

L’équipement

Un bon équipement de protection peut atténuer les conséquences d’un accident ou d’une chute en deux roues, comme le rappelle l’association Prévention routière et Assureurs Prévention, qui a lancé en début de semaine une campagne de sensibilisation originale sur le sujet. «C’est le b-a-ba», lance Emmanuel Renard, directeur de l’éducation de l’association.

Un casque attaché tu porteras

En France, c’est le seul équipement obligatoire au regard de la loi. «Il vaut mieux qu’il soit intégral, le seul qui protège complètement en cas d'accident, et surtout, attaché», rappelle Emmanuel Renard. En effet, un casque dont la jugulaire est mal ajustée ou carrément détachée ne protègera pas efficacement en cas de chute.

>> La preuve en images:

Fermer la visière ou porter des lunettes est également recommandé, pour protéger ses yeux. Mais il ne faut pas oublier les autres éléments de protection lorsque l’on conduit un scooter, une mobylette ou une moto.

Des vêtements couvrants, des gants et des chaussures montantes tu mettras

Même si, à l’approche de l’été et des grosses chaleurs, la tentation est grande d’enfourcher son deux-roues bras et jambes nues, voire avec des sandales à talons pour les filles, il faut toujours porter des vêtements couvrants. En effet, même à 20km/h, une chute de quelques mètres sur le bitume peut provoquer de graves brûlures, voire des pertes de substance (la chair reste sur le bitume, provoquant une plaie profonde).

«Plus les vêtements sont épais, mieux c’est, conseille Emmanuel Renard. Et il vaut mieux privilégier le coton, certaines matières synthétiques comme le nylon pouvant fondre sur la peau et brûler grièvement en cas de glissade sur le bitume.» Le port de chaussures montantes et de gants doit également être systématique, et ces derniers doivent être ajustés.

>> La démonstration de l’importance du port de gants:

Les bandes réfléchissantes tu n’oublieras pas

«Dans l’idéal, il faut choisir des vêtements pourvus de bandes de réfléchissantes. Elles sont indispensables pour être vu par les autres conducteurs. Et elles sont obligatoires sur les casques», rappelle Emmanuel Renard. Mais attention, les constructeurs ne les collent pas forcément par défaut sur leurs produits. Il ne faut donc pas oublier de le faire.

Le comportement

Les autres recommandations concernent la conduite à avoir lorsque l’on est en deux-roues pour éviter accident et/ou chute.

Point trop en la priorité tu ne croiras

«Les deux-roues ne sont pas toujours bien vus par les autres conducteurs. A une intersection, même si on a la priorité, il vaut mieux ralentir et s’assurer que les autres nous ont bien vu, quitte à s’arrêter si on a un doute», explique Emmanuel Renard.

Aux angles morts tu attention tu feras

Pour éviter tout accident, le deux-roues doit veiller à ne pas se placer dans les angles morts des automobilistes, et éviter de remonter les files de véhicules par la droite, ce qui est interdit par le Code de la Route. Mais si on choisit de le faire, il faut diminuer sa vitesse et se remettre dans la file dès que possible.

Ta vitesse tu maîtriseras

«Les jeunes ont tendance à débrider leurs cyclomoteurs pour aller plus vite, note Emmanuel Renard. Mais c’est oublier que ce type de véhicule n’est pas adapté à des vitesses élevées: le système de freinage est conçu pour fonctionner selon une certaine vitesse, mais ne sera pas aussi fiable à une vitesse plus grande.»

La vitesse doit également être ajustée en fonction des conditions météo. Même s’il n’est pas déconseillé de prendre sa moto ou son scooter quand il pleut, le risque de dérapage et de chute est plus important lorsque le bitume est mouillé. Emmanuel Renard recommande donc de rouler moins vite, et d’augmenter les distances de sécurité, «car les distances de freinage sont plus longues par temps de pluie».

Point d’alcool tu ne boiras

Comme pour les automobilistes, l’alcool est l’une des principales causes d’accident, indique Emmanuel Renard: «Dans un tiers des accidents mortels à deux-roues, le conducteur avait une alcoolémie positive.» Donc, même à deux-roues, «celui qui conduit, c’est celui qui ne boit pas».