20 Minutes : Actualités et infos en direct
hébergement d’urgenceÀ Lyon, les enfants SDF qui occupent une école bientôt pris en charge

A Lyon, les 63 enfants SDF qui occupent une école depuis un mois bientôt pris en charge

hébergement d’urgenceDepuis le 12 janvier dernier, 112 personnes dont 63 enfants dorment dans une école abandonnée du 9e arrondissement de Lyon. Des solutions ont été trouvées par la mairie et la préfecture
Depuis un mois, 63 enfants et leurs parents dorment dans une école désaffectée, faute d'avoir une solution d'hébergement. Le collectif Sans toit a indiqué que des solutions venaient d'être trouvées (Illustration)
Depuis un mois, 63 enfants et leurs parents dorment dans une école désaffectée, faute d'avoir une solution d'hébergement. Le collectif Sans toit a indiqué que des solutions venaient d'être trouvées (Illustration) - E. Martin / 20 Minutes / 20 Minutes
Elise Martin

E.M.

L'essentiel

  • Depuis le 12 janvier dernier, 112 personnes sans domicile fixe, dont 63 enfants, ont trouvé refuge dans une école désaffectée du 9e arrondissement de Lyon.
  • Un mois après leur installation, des « solutions se dessinent », d’après le collectif Jamais sans toit, qui accompagne ces familles.
  • La préfecture et la mairie devraient prendre en charge l’ensemble des personnes dans les mois qui arrivent. En attendant, la ville de Lyon va mandater un opérateur pour qu’il s’occupe de la gestion du site.

Un mois après le début de l’occupation du groupe scolaire temporaire du parc Montel, dans le 9e arrondissement de Lyon, des « solutions se dessinent » pour les 63 enfants et leurs parents, indique le collectif Jamais sans toit. Depuis le 12 janvier dernier, 112 personnes dorment et vivent dans cette école inutilisée, faute de solution d’hébergement.

Sur les 27 familles, une dizaine devrait être prise en charge par les services de l’Etat, dans le cadre de la création de places d’hébergement d’urgence supplémentaires dans la région, « sous réserve du diagnostic social » qui priorise les personnes vulnérables, souligne la préfecture. Elle précise : « une partie des 300 places a d’ores et déjà été déployée pour l’accueil d’une partie des personnes qui occupaient le CCVA [105 femmes et leurs enfants s’étaient installés dans le Centre culturel et de la vie associative de Villeurbanne depuis le 7 octobre 2023]. »

« On parle d’enfants qui dorment dehors, on ne peut pas rester inactif »

« Le reste des familles sera accompagné par le CCAS de la ville à partir de mi-mars », a précisé à 20 Minutes Sandrine Runel, adjointe au maire de Lyon aux solidarités et inclusion sociale. D’ici là, un opérateur social va être mandaté pour s’occuper de la gestion du site. Elle rappelle que l’hébergement d’urgence est « uniquement une compétence de l’Etat ». « On parle d’enfants qui dorment dehors, on ne peut pas rester inactif face à cette situation », appuie l’adjointe au maire.

Mais ces choix politiques ont un coût. La ville de Lyon, avec d’autres communes dans des situations similaires, ont donc décidé de déposer un recours contre l’Etat pour « lui rappeler ses responsabilités » et essayer « d’obtenir le remboursement des frais engagés » pour ces actions, explique Sandrine Runel.

Malgré cette annonce, « des centaines d’enfants de la métropole lyonnaise demeurent sans solution officielle d’hébergement », pointe Jamais sans toit. Six écoles servent encore de refuges pour les élèves.

Sujets liés