20 Minutes : Actualités et infos en direct
ContentementL’extrême droite applaudit la remise en cause du droit du sol à Mayotte

Mayotte : L’extrême droite applaudit la remise en cause du droit du sol

Contentement« Est-ce que Mayotte peut sortir seule de l’unité de l’Etat, en adoptant uniquement pour ce territoire la fin du droit du sol ? », s’interroge Sébastien Chenu
Les députés d'extrême droite Sébastien Chenu et Marine Le Pen, à l'Assemblée nationale, le 12 décembre 2023.
Les députés d'extrême droite Sébastien Chenu et Marine Le Pen, à l'Assemblée nationale, le 12 décembre 2023.  - Tom Nicholson//SIPA / SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Ils veulent l’extension de cette mesure à toute la France. L’extrême droite a salué ce dimanche l’annonce par Gérald Darmanin d’une réforme constitutionnelle pour supprimer le droit du sol à Mayotte. « C’est beaucoup de temps perdu pour en arriver à cette conclusion que supprimer le droit du sol, non seulement à Mayotte mais partout en France, est non seulement nécessaire mais possible », a regretté le député et porte-parole du RN Sébastien Chenu sur Europe 1.

Il a rappelé que Marine Le Pen avait déposé une proposition de loi en ce sens « dès 2018 ». Alors que le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a annoncé dimanche une révision constitutionnelle destinée à supprimer le droit du sol à Mayotte, Sébastien Chenu a partagé une interrogation : « Est-ce que Mayotte peut sortir seule de l’unité de l’Etat, en adoptant uniquement pour ce territoire la fin du droit du sol ? ».

« Ce que vivra la métropole dans 30, 40, 50 ans »

Pour le député, « il y a une chose plus simple à faire : que la fin du droit du sol s’applique à toute la France, et à travers un référendum et une révision de la constitution », pour éviter « les foudres du Conseil constitutionnel ». Plus tôt, la candidate du parti Reconquête ! aux européennes, Marion Maréchal avait dit sur BFMTV « bravo (à Gérald Darmanin) d’enfin se rendre compte d’une évidence qui devrait être mise sur la table depuis maintenant plus de dix ans ».

« La question que je pose, c’est (…) pourquoi il n’étend pas cette suppression à l’ensemble du territoire français ? », avait-elle ajouté. « Parce que la réalité, c’est que ce que vit Mayotte aujourd’hui, c’est ce que vivra la métropole dans 30, 40, 50 ans si nous ne faisons rien (…) Concrètement (…) c’est la perte totale de contrôle de l’immigration clandestine et (…) légale ».

« Renvoyer cette immigration vers la métropole »

La nièce de Marine Le Pen a toutefois relevé une « petite arnaque » dans les annonces du ministre de l’Intérieur, affirmant que la suppression du visa territorialisé, autorisant un étranger à venir à Mayotte mais pas dans le reste de l’Hexagone, aboutirait à « organiser le transfert de l’immigration de Mayotte vers la métropole ». « Le ministre de l’Intérieur est en train, pour pouvoir soulager rapidement les populations locales, de vouloir renvoyer cette immigration vers la métropole et la répartir dans nos campagnes », a-t-elle accusé.

Gérald Darmanin a annoncé dimanche la suppression des titres de séjour à validité territoriale limitée à Mayotte (VTL). Les mouvements de ressortissants étrangers vers l’Hexagone qui en découleront concerneront « soit des réfugiés [opérations déjà prévues et qui sont déjà possibles dans le cadre juridique actuel], soit des étrangers réguliers qui ont un titre de séjour », a souligné l’entourage du ministre. En outre, le nombre de titres de séjour délivrés va être diminué de « 90 % » à Mayotte, a précisé la source.

Sujets liés