20 Minutes : Actualités et infos en direct
récap'Retour sur la nouvelle affaire E. Coli, cette bactérie qui peut être fatale

Du morbier au coma… Retour sur les sévères contaminations de deux fillettes par la bactérie E. Coli

récap'À Lyon, Elise, 7 ans, est toujours hospitalisée après avoir consommé le 23 décembre du fromage contaminé par la bactérie E. Coli
Du morbier, de la tomme et de la raclette ont fait l'objet d'un rappel mi-décembre (image d'illustration).
Du morbier, de la tomme et de la raclette ont fait l'objet d'un rappel mi-décembre (image d'illustration). - Canva / Canva
Cécile De Sèze

C.d.S avec AFP

Près de deux ans après le scandale des pizzas Buitoni, deux nouveaux drames remettent la lumière sur les dangers de la bactérie Escherichia coli, ou E. Coli. Deux enfants, âgés de 7 ans et de 18 mois, sans lien l’un de parenté, sont hospitalisés depuis le mois de décembre. Les fillettes viennent du Rhône et ont mangé, quelques jours avant Noël, du morbier. Ce fromage au lait cru qui avait été cité dans un rappel de plusieurs produits fabriqués, entre autres, par la société Route des Terroirs mi-décembre. 20 Minutes fait le point.

Deux fillettes dans des états graves

Elle a mangé un morceau de morbier le 23 décembre dernier et Elise, 7 ans, va probablement perdre l’usage de ses reins. La fillette originaire de Saint-Étienne-des-Oullières est toujours hospitalisée à Lyon, est passée proche de la mort et devra peut-être recevoir une greffe. « Elle n’a toujours pas récupéré les fonctions de ses reins. Les chances sont d’ailleurs de plus en plus minces pour qu’elle les récupère », a expliqué son père à BFMTV vendredi dernier.

Le même jour, la chaîne d’information en continu a révélé qu’une autre enfant, Clara, 18 mois, était elle aussi dans un état grave. Comme Elise, Clara a consommé du morbier, quelques jours avant Noël. Plongée dans un coma artificiel pendant vingt-cinq jours après avoir été sous dialyse durant trois semaines, Clara, bien que réveillée, affiche aujourd’hui un état de santé particulièrement inquiétant. « On est incapable de nous dire quelles seront les suites neurologiques », a assuré sa mère à France 2. « Elle peine à marcher, on ne sait pas si elle va avoir une totale mobilité », a ajouté son père, angoissé par rapport à « son futur » en raison des incertitudes autour de « ses facultés cérébrales ». La main gauche de Clara est pour le moment paralysée et il lui est impossible de marcher ou manger, selon BFMTV qui précise que l’enfant a été admise dans un centre de rééducation dans l’Ain.

Des fromages contaminés rappelés

L’origine de ces drames se trouve dans le fromage au lait cru consommé par les deux enfants avant les premiers symptômes. Selon BFMTV, la bactérie E. Coli a été retrouvée dans les selles d’Elise, confirmant ainsi les suspicions. Des fromages au lait cru fabriqués par Route des Terroirs avaient d’ailleurs fait l’objet d’un rappel à la mi-décembre pour des risques de contamination à cette bactérie qui peut être fatale, notamment chez les jeunes enfants. Du morbier faisait partie de la liste des produits épinglée sur Rappel conso. Sur le site gouvernemental, on retrouve d’ailleurs depuis plusieurs semaines, de nombreux lots de fromages (Morbier, Raclette, Tomme – sous différentes marques et présentations) susceptibles d’être contaminés par des E.Coli shigatoxinogènes (STEC, les plus dangereuses).

Selon Rappel-Conso, « les STEC peuvent entraîner dans la semaine qui suit la consommation de produits contaminés, des diarrhées parfois sanglantes, des douleurs abdominales et des vomissements, accompagnés ou non de fièvre. Ces symptômes peuvent être suivis (5 à 8 % des cas) de complications rénales sévères, principalement chez les enfants ». Le site précise également qu’en « l’absence de symptôme dans les dix jours après la consommation des produits concernés, il est inutile de s’inquiéter et de consulter un médecin ».

Morbier AOP de marque Monts-et Terroirs, fromages à raclette Entremont, la liste des produits potentiellement contaminés est encore longue et est disponible ici.

Rappelons que l’alerte sur ces fromages a été effectuée alors qu’à Toulouse, dans une crèche située quartier des Minimes, six enfants venaient d’être contaminés par la bactérie E. Coli. Mi-novembre, l’enquête a montré que la bactérie était présente dans des fromages au lait cru, servi aux enfants. Six cas de syndrome hémolytique et urémique (SHU) avaient alors été détectés. Ce syndrome peut se traduire notamment par une insuffisance rénale et est particulièrement dangereux pour les enfants et les personnes âgées.

Le spectre de l’affaire Buitoni

Il y a à peine deux ans éclatait le scandale sanitaire des pizzas contaminées Buitoni. En 2022, deux enfants étaient morts du SHU et des dizaines d’autres étaient tombés grièvement malades après l’ingestion de pizzas de la gamme Fraîch’Up de la marque, fabriquées dans son usine de Caudry (Nord). L’italien Italpizza a racheté l’usine du Nord, dont Nestlé avait annoncé la fermeture en mars 2023, a-t-on appris lundi dernier auprès des deux groupes. Italpizza, qui compte redémarrer la production à l’automne 2024, prévoit plus de douze millions d’euros d’investissements d’ici 2028 pour moderniser le site. Le groupe souhaite embaucher, avant fin 2028, « environ 140 collaborateurs ».

Italpizza compte y produire « exclusivement des produits précuits au four », alors qu’en activité depuis 1982, l’usine de Caudry fabriquait ces fameuses pizzas surgelées à pâte crue Fraîch’Up. Une information judiciaire est ouverte depuis mai 2022 à Paris pour « homicide involontaire » dans le cas de deux victimes et blessures involontaires pour 14 autres, selon une source judiciaire. Un accord pour indemniser les victimes, dont le montant n’a pas été dévoilé, a été signé au printemps dernier par Nestlé.

Sujets liés