Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
extrêmesDes manifestations d’ultradroite interdites ce week-end

Mort de Thomas à Crépol : Des manifestations d’ultradroite interdites ce week-end

extrêmes
Plusieurs rassemblements prévus ce week-end à l’appel de groupuscules d’ultradroite ont été interdits dans différentes villes de France, par crainte d’affrontements violents avec des militants d’ultragauche
Un rassemblement organisé par le groupe d'extrême droite français « Les Natifs » sur la place du Panthéon à Paris le 1er décembre 2023 pour rendre hommage à Thomas.
Un rassemblement organisé par le groupe d'extrême droite français « Les Natifs » sur la place du Panthéon à Paris le 1er décembre 2023 pour rendre hommage à Thomas. - Geoffroy VAN DER HASSELT / AFP / AFP
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Bordeaux, Toulouse, Brest ou Clermont-Ferrand… De nombreuses villes ont interdit tout rassemblement de l’ultradroite ce week-end en hommage à Thomas, tué lors d’une fête de village à Crépol (Drôme) mi-novembre. Les autorités craignent des affrontements violents avec des militants d’ultragauche.

A Bordeaux, la préfecture de Gironde a interdit, comme la semaine précédente, toute manifestation sur une partie du centre-ville bordant les quais de la Garonne, à partir de 18 heures, en raison de risques « d’affrontements entre les mouvances ultradroite et ultragauche ». Le préfet a également interdit un rassemblement d’hommage à Thomas prévu à 19 heures à Bordeaux, relayé par le syndicat étudiant d’extrême droite La Cocarde et le groupuscule nationaliste La Bastide bordelaise, fondé par d’anciens militants des jeunes avec Zemmour.

« Appel à la haine »

Une mobilisation du groupe identitaire Furie française, prévue à Toulouse vendredi à 19 heures, a elle aussi été interdite par crainte « d’affrontements violents » avec des militants de « la mouvance ultragauche et antifasciste toulousaine » qui avaient appelé à une contre-manifestation, a indiqué la préfecture de Haute-Garonne. Ce rassemblement, intitulé « Stop au massacre de Français », convoqué par des « membres d’ex-Génération identitaire », « devait attirer plusieurs groupuscules d’ultradroite », a ajouté la préfecture dans un communiqué.

Une manifestation similaire prévue à Brest vendredi a elle aussi été interdite, selon un arrêté préfectoral, en raison de son risque de « constituer un appel public à la haine ». Même chose à Clermont-Ferrand, où un « rassemblement citoyen pour réclamer la justice et la sécurité pour les Français » était programmé samedi à 14 heures. La préfecture a expliqué sa décision par le « caractère récent du meurtre du jeune Thomas à Crépol » et « afin de prévenir tout risque de troubles à l’ordre public ». Selon une source policière, 50 personnes y sont tout de même attendues.

D’autres manifestations sont également prévues comme à Bourges, la Roche-sur-Yon ou encore à Tours où quelque 200 personnes pourraient se rassembler samedi, selon cette même source policière.

Sujets liés