20 Minutes : Actualités et infos en direct
récitLe témoignage des policiers qui ont arrêté l’assaillant du pont Bir Hakeim

Attentat à Paris : « Il fallait éviter d’autres victimes », des policiers racontent l’interpellation de l’assaillant

récitAu total, l’intervention des forces de l’ordre a duré moins d’une demi-heure
Une attaque terroriste a fait un mort et deux blessés samedi à Paris.
Une attaque terroriste a fait un mort et deux blessés samedi à Paris.  - CARON/ZEPPELIN/SIPA / Sipa
20 minutes avec agence

20 minutes avec agence

Une attaque terroriste a causé la mort d’un touriste allemand et a fait deux blessés samedi dernier à Paris. Quatre jours plus tard, mercredi, deux policiers ayant participé à l’interpellation du suspect ont répondu aux questions de TF1 dans une interview diffusée au JT de 20 Heures. Pour la première fois, ils sont revenus sur cette périlleuse intervention qui a permis l’arrestation de l’assaillant fiché S.

« Il y avait beaucoup de monde, il fallait éviter d’autres victimes. On ne pense qu’à une chose, c’est stopper immédiatement ces attaques », a expliqué une major de police qui, ce soir-là, était en patrouille avec son équipage dans la capitale. Elle a été alertée de l’attaque et s’est vite retrouvée face au suspect, qui a aussitôt pris la fuite. « Sur le trajet, il blesse un homme en lui portant un coup de marteau au visage. Il ne court pas à grande vitesse, il sait ce qu’il fait, il est là pour blesser », a-t-elle raconté.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

« C’est notre mission »

L’équipage de la major a été rejoint cinq minutes plus tard par une équipe dirigée par le second policier invité sur le plateau de TF1. C’est lui qui a fini par réussir à immobiliser le terroriste avec son taser. L’homme a tiré à deux reprises sur l’assaillant, mettant fin à la course-poursuite qui aura duré moins d’une demi-heure. « On est vidé, clairement, on est fatigué », a témoigné le brigadier-chef.

Au moment de l’interpellation, l’individu n’était pas considéré comme terroriste par les forces de l’ordre mais comme « un individu qui a potentiellement fait plusieurs victimes ». Il est apparu par la suite que le mis en cause, Armand Rajabpour-Miyandoab, est un islamiste radical souffrant de troubles psychologiques importants. « On est fier d’avoir mis hors d’état de nuire un terroriste au pied du symbole de la France, la Tour Eiffel. Et puis, c’est notre mission aussi. On est là pour ça », a déclaré le brigadier-chef.

Interrogé durant quatre jours, le suspect a été mis en examen pour « assassinat et tentative d’assassinat, en relation avec une entreprise terroriste et en état de récidive légale » et pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ». Il a été écroué et placé à l’isolement.

Sujets liés