20 Minutes : Actualités et infos en direct
HarcèlementUne centaine de bikers devant un collège en soutien d’un enfant harcelé

Pyrénées-Orientales : Une centaine de bikers viennent soutenir un collégien harcelé

HarcèlementLes motards avaient pour mot d’ordre de se rassembler pacifiquement, sans insulte, violence, ni rupteur (le fait de faire vrombir les moteurs)
Les motards se sont réunis devant l'établissement à Cabestany, dans les Pyrénées-Orientales, pour marquer leur soutien au jeune Mathéo, qui serait victime de harcèlement au sein de l'établissement.
Les motards se sont réunis devant l'établissement à Cabestany, dans les Pyrénées-Orientales, pour marquer leur soutien au jeune Mathéo, qui serait victime de harcèlement au sein de l'établissement. - Stop harcèlement 66 / Stop harcèlement 66
Jérôme Diesnis

Jérôme Diesnis

L'essentiel

  • Une centaine de motards s’est rassemblée devant un collège de Cabestany, afin d’apporter son soutien au jeune Mathéo, un élève de sixième qui serait victime de harcèlement.
  • Les parents du collégien ont déposé une plainte auprès de la gendarmerie.
  • S’il a surpris l’équipe éducative et les autres élèves qui ont été retenus à l’intérieur de l’établissement jusqu’au départ des bikers, le rassemblement s’est déroulé pacifiquement devant l’établissement.

Plus d’une centaine de motards se sont réunis pacifiquement devant un collège de Cabestany, dans les Pyrénées-Orientales. Ils souhaitaient dénoncer et soutenir Mathéo, un enfant de sixième, qui serait victime de harcèlement scolaire. Les motards s’étaient réunis à l’appel de Michaël, l’administrateur de la page « Stop harcèlement 66 » sur Facebook.

« À notre petit niveau, on essaie de faire des choses. Seul on va vite, mais ensemble on va très loin, explique l’organisateur de ce rassemblement. On est là pour soutenir les enfants, apporter un soutien moral aux personnes harcelées et violentées. » Le rassemblement a surpris le personnel enseignant et beaucoup d’élèves, qui ont été retenus dans l’enceinte du collège jusqu’au départ des bikers. Le jeune Mathéo, de son côté, a été ramené à moto jusqu’à son domicile.

Plainte pour harcèlement à la gendarmerie

Les motards avaient pour mot d’ordre de se rassembler pacifiquement, sans insulte, violence, ni rupteur (le fait de faire vrombir les moteurs). « On était là pour montrer que les motards sont des gens avec du cœur et envoyer des signaux positifs. Maintenant j’espère que ça va porter ses fruits, que des choses seront prises en compte et qu’elles vont s’apaiser pour Mathéo à qui nous avons montré qu’il n’est pas seul ». La plainte pour harcèlement a été déposée auprès de la gendarmerie.

S’il s’agit du premier soutien de ce genre dans les Pyrénées-Orientales, le phénomène est né aux Etats-Unis. Plusieurs rassemblements de la même nature se sont déjà déroulés en France. Ils sont perçus généralement de façon positive. En revanche, à Auchel, dans le Nord, il a été source de tensions entre personnel enseignant et bikers, deux d’entre eux étant poursuivis pour des menaces envers le proviseur et le proviseur adjoint. Version qu’ils contestent et qui fait l’objet d’une plainte pour diffamation.


Sujets liés