20 Minutes : Actualités et infos en direct
reportage« Elle m’a tapé dans l’œil ! »… Malvoyants, ils profitent du marché de Noël

« Elle m’a tapé dans l’œil ! »… Des Strasbourgeois malvoyants profitent du marché de Noël

reportageAlors que le marché de Noël bat son plein, « 20 Minutes » a accompagné le temps d’une visite des Strasbourgeois atteints de cécité de chalet en chalet
Aveugles mais certainement pas privés du marché de Noël de Strasbourg
Gilles Varela

Gilles Varela

«Elle m’a tapé dans l’œil ! », s’enthousiasme André, 68 ans et heureux propriétaire d’une casquette chaude qu’il vient acheter au cœur du marché de Noël de Strasbourg. L’expression fait sourire… d’autant qu’André souffre d’une cécité totale et que la négociation avec le marchand du petit chalet a été rondement menée. « Quelle est la couleur ? Ça me va bien ? », l’affaire est conclue. Avec quatre autres personnes non voyantes, André profite à fond de la balade strasbourgeoise. Une balade dans le marché le plus fréquenté de France, vraiment ? « Sans problème, faut juste s’organiser un peu et prévoir un jour de semaine où il n’y a pas trop de monde », répond Michaël Thomas, l’un des accompagnants éducatif et social de l’Espace culture et loisirs de la Fédération des aveugles Alsace Lorraine Grand-Est.

Tout faire ou presque

Christiane, la compagne d’André, aveugle également, avance d’un pas sûr avec Doriane, une autre accompagnatrice du centre. Lui lancer un « pas de vue, pas de marché ? » n’est, à défaut de la faire rire, pas du tout d’actualité. « Aucune raison », selon elle, de ne pas se mêler aux 2,8 millions de visiteurs attendus sur le marché. D’ailleurs, ce n’est pas la première visite de Christiane. Et ce qui la préoccupe vraiment en ce début d’après-midi, c’est de goûter les « bonnes soupes des Chefs étoilés au village du partage » ou de trouver un thé fruité dont lui a parlé un membre de sa famille. Un trésor caché qui se trouverait « dans un chalet situé près de la cathédrale ».

André (en rouge), Michaël (au centre) et Cyprien savourent un vin chaud lors d'une visite au marché de Noël de Strasbourg, le 5 décembre 2023.
André (en rouge), Michaël (au centre) et Cyprien savourent un vin chaud lors d'une visite au marché de Noël de Strasbourg, le 5 décembre 2023. - G. Varela / 20 Minutes

Tout faire, en somme. Ou presque. Car, pour arriver aux chalets, les embûches sont nombreuses et variées. Comme cette cycliste qui roule sur le trottoir et heurte Christiane. Ou ces « vélos attachés n’importe où », ces piétons qui « marchent sur les cannes » au risque de les plier, liste encore Sarah, qui est de la visite et non voyante également. « C’est à nous de faire attention aux autres pour se protéger, ne pas se blesser », explique la trentenaire, un brin fataliste.

Une visite « en audiodescription »

Et alors que des piétons se demandent « ce qu’ils peuvent bien faire là », André et sa joyeuse bande circulent dans les rues les plus prisées des visiteurs « en toute confiance ». Les blagues et les anecdotes mais aussi les souvenirs des visites passées, fusent au sein du petit groupe. « Vous humez ces bonnes odeurs d’épices ? », interroge Michaël. « Ah oui, là ça sent bon le vin chaud », plaisantent en chœur André et Cyprien, tout sens en éveil. Une visite qui finalement ressemble à un voyage en audiodescription : « là, c’est des boules et des objets de décoration de Noël, là il y a petites maquettes de maisons alsaciennes, là, c’est un stand classique de nourriture. »

Chaque accompagnateur décrit précisément ce qu’il voit, le type de marchandises vendues dans les chalets, répond aux questions et accompagne les achats. Pas besoin de voir pour profiter, le plaisir est « dans les odeurs, les musiques que l’on entend un peu partout », explique Joël, canne en main et sourire aux lèvres. « On est là aussi pour passer du bon temps et ne pas se presser », renchérit Michaël.

Notre dossier sur la cécité

Deux heures sont déjà passées, et il est temps pour le petit groupe de conclure cette visite par un vin chaud, bu en se mettant un peu de côté pour ne pas être bousculé. Et le mot de la fin reviendra à Christiane : « Je n’aime pas trop la foule, mais l’ambiance dans le marché de Noël, c’est différent ! On y entend tellement de langues, que c’est déjà, un voyage. »

Sujets liés