20 Minutes : Actualités et infos en direct
reportageLe tribunal va-t-il débaptiser le quartier de la Négresse à Biarritz ?

Biarritz : Le tribunal va-t-il débaptiser le quartier de la Négresse ?

reportageCe jeudi, le tribunal administratif de Pau examine le recours d’une association qui demande un changement de nom du quartier de la Négresse, à Biarritz. « 20 Minutes » s’est rendu sur place pour rencontrer les habitants, plutôt agacés par la polémique
Plusieurs commerces reprennent le nom du quartier de la Négresse de Biarritz, proche de la gare.
Plusieurs commerces reprennent le nom du quartier de la Négresse de Biarritz, proche de la gare.  - E. Provenzano / 20 Minutes / 20 Minutes
Elsa Provenzano

Elsa Provenzano

L'essentiel

  • «Mémoires et Partages » a déposé un recours pour demander le retrait des délibérations municipales instituant le nom de quartier de la Négresse, à Biarritz. Il est examiné ce jeudi par le tribunal administratif de Pau.
  • L’association estime que ce nom revient à « promouvoir sur l’espace public des clichés racistes et des clivages sexistes » tandis que beaucoup de Biarrots croisés par 20 Minutes défendent « une habitude » et une tradition.
  • Si le tribunal donne raison à l’association, les quelques commerces du quartier concernés ne pourront plus afficher le terme « négresse » sur leurs devantures.

De notre envoyée spéciale à Biarritz (Pyrénées-Atlantiques),

« Je suis né à Biarritz et je n’ai pas l’impression que le mot négresse vienne de nègre, on oublie cet aspect-là, je crois quand on le côtoie au quotidien, estime Nicolas, 32 ans, occupé à nettoyer au nettoyeur à haute pression la terrasse d’une chocolaterie sur les docks de la Négresse, à Biarritz, ce mercredi. Après, si cela blesse des gens, il faut le retirer. »

Pour l’association Mémoires et Partages, qui se mobilise sur les sujets des héritages de la colonisation, de la traite des noirs, de l’esclavage et du racisme, cela ne fait aucun doute et elle a déposé un recours il y a trois ans pour changer le nom de ce quartier, qui pourrait selon elle retrouver sa dénomination basque d’Harausta (poussière), antérieures aux délibérations municipales de 1861 puis 1986, en faveur du terme « Négresse ». Ce jeudi, le tribunal administratif de Pau doit examiner le recours de l’association qui espère « que la justice puisse dire qu’une ville n’a pas à promouvoir sur l’espace public des clichés racistes et des clivages sexistes », commente auprès de 20 Minutes Karfa Diallo, à la tête de Mémoires et Partages, dont une antenne locale a été créée récemment dans les Pyrénées-Atlantiques.

« Pourquoi eux, qui viennent de l’extérieur, ça les dérange ? »

Du panneau Vinci sur l’autoroute, à la signalétique urbaine en passant par plusieurs commerces, le mot de « Négresse », fait encore partie aujourd’hui du paysage biarrot. C’est en 2019 que Mémoires et Partages se mobilise sur ce sujet et les commerçants du rond-point de la Négresse en gardent un assez mauvais souvenir. Quand on l’évoque, on nous entraîne dans l’arrière-boutique pour discuter de l’affaire, à l’abri du regard des clients, où l’on s’emporte un peu : « Les gens d’ici, d’une certaine couleur, cela ne les dérange pas alors pourquoi eux, qui viennent de l’extérieur, ça les dérange ? » On rencontre justement à l’arrêt de bus un jeune homme noir de 20 ans qui travaille dans le quartier sans y vivre. Il n’est pas très à l’aise avec notre question et hésite à critiquer. Il finit par lâcher que sans être scandalisé par cette dénomination, elle n’est « pas très appréciable » et il préférerait « que ça change ».

Plusieurs commerces affichent le nom du quartier sur leur devanture, comme un garage ou un marchand de tissus. La pharmacie du rond-point de la Négresse y a renoncé en 2021 après des manifestations de Mémoires et Partages. Elle explique simplement qu’elle attend la décision de la justice sur ce sujet, sans vouloir en dire davantage. Les docks de la Négresse sont situés le long des voies ferroviaires de la gare de Biarritz sur laquelle on ne trouve plus le nom controversé du quartier, même s’il reste bizarrement mentionné sur la carte de l’office du tourisme. Historiquement, la dénomination se voudrait un hommage à une femme noire dont on n’a pas retrouvé le patronyme.

Des membres de l'association Mémoires et Partages devant la pharmacie quand elle s'appelait encore "de la négresse", à Biarritz.
Des membres de l'association Mémoires et Partages devant la pharmacie quand elle s'appelait encore "de la négresse", à Biarritz. - Mémoires et Partages

Pas de la « cancel culture »

« Il y a une fresque aux docks de la Négresse où l’on trouve une caricature de la femme noire dans l’espace publique qui consiste en une représentation simiesque avec les lèvres peinturlurées en rouges, pointe Karfa Diallo. Il y a une méconnaissance de l’histoire de ce mot et une violence concrète que cette appellation peut causer aux valeurs de la République et aux conventions internationales. » Une illustration datée qui dénote avec la micro-brasserie, l’épicerie en vrac ou la pizzeria des docks voisines. En fait ce secteur, on l’appelle plutôt « les docks » tout court, glisse Nicolas. L’association souligne qu’elle ne cède pas à la « cancel culture », mettant en avant que sur les rues qui portent des noms de négriers à Bordeaux, elle a collaboré avec la ville pour installer des panneaux explicatifs. « Là, ce n’est pas possible, c’est un quartier », fait valoir Karfa Diallo.

En général peu bavards sur le sujet, les riverains relativisent beaucoup son importance, se demandant s’il n’y a pas plus grave. On apprend à une jeune fille qui vit à Urrugne, à trente minutes de Biarritz, le nom du quartier et elle avance prudemment que cela « demande réflexion ». Pâquerette, 70 ans, croisée à l’arrêt de bus est plus catégorique : « C’est par habitude qu’on l’appelle comme ça et les Basques vous ne les ferez pas changer. » Pour elle, peu importe la décision du tribunal, le nom restera dans la bouche des locaux. Les enseignes privées, elles, ne pourraient normalement plus l’arborer sur leurs devantures, si le tribunal devait statuer en faveur d’un changement de nom.

La ville de Biarritz, contactée par 20 Minutes, ne souhaite pas s’exprimer sur le sujet avant la décision du tribunal administratif.

Sujets liés