20 Minutes : Actualités et infos en direct
ALERTELe point sur les accusations de Sandrine Bonnaire contre un Ehpad

Que sait-on des accusations de Sandrine Bonnaire contre un Ehpad après le décès de sa mère ?

ALERTEL’actrice a confirmé son intention de porter plainte après le décès de sa mère de 84 ans, qui résidait depuis trois ans dans un Ehpad de Charente-Maritime
Sandrine Bonnaire souhaite porter plainte contre un Ehpad après le décès de sa mère en août.
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Elle accuse un Ehpad public de Charente-Maritime de « négligence médicale », ayant entraîné selon elle la mort de sa mère en août. L’actrice Sandrine Bonnaire a confirmé ce vendredi dans un entretien au Parisien son intention de porter plainte. Ce que l’on sait de cette affaire.

Que s’est-il passé ?

La mère de Sandrine Bonnaire est décédée après avoir été hospitalisée à Saintes (Charente-Maritime), le 23 août dernier, à l’âge de 84 ans. Elle se trouvait auparavant dans un Ehpad public de Charente-Maritime, géré par le CCAS de Saintes. « Elle y a résidé trois ans » confirme le CCAS. Pour Sandrine Bonnaire, qui souligne que sa mère « n’avait aucune maladie », c’est la « négligence médicale qui a entraîné son décès. » Dans cet Ehpad de 90 lits, « nous avons constaté qu’il n’y avait pas de papier toilette, puis que le ménage n’était pas toujours fait, les draps pas changés », affirme l’actrice dans Le Parisien. « Elle ne marchait quasiment plus (…) or, plusieurs fois, la carafe d’eau était posée à l’autre bout de la pièce. Impossible de se servir. »

L’expertise du dossier médical de la défunte « doit permettre d’objectiver les conditions dans lesquelles l’Ehpad ou l’établissement de santé dans lequel elle a dû être hospitalisée ont procédé à sa prise en charge », explique de son côté l’Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine.

Des dysfonctionnements étaient-ils connus au sein de l’établissement ?

L’ARS affirme que ni elle, ni le conseil départemental, « n’ont reçu de signalement sur cette situation », ajoutant qu’elle assure un suivi de l’établissement inspecté en 2015 et 2022. En revanche, des « dysfonctionnements » avaient été constatés, « avec, pour certains, des impacts potentiels sur la qualité et la sécurité des soins » indique l’ARS. « Ils ont fait l’objet d’améliorations notables mais insuffisantes », ajoute l’agence, qui avait rencontré il y a un an le président du CCAS à ce sujet.

Notre dossier sur les Ehpad

Lanceuse d’alerte

« J’ai décidé de parler pour alerter », explique l’actrice trois jours après avoir diffusé sur Instagram une vidéo dans laquelle elle annonçait sa décision de porter plainte. « Je ne peux plus me battre pour ma maman qui n’est plus là mais je veux le faire pour que la prise en charge de nos aînés change », affirme Sandrine Bonnaire. « Il faut plus de moyens, certainement une augmentation de salaires pour que les salariés puissent travailler correctement ». Le CCAS souligne de son côté que l’Ehpad qu’il gère « n’a pas vocation à générer des profits pour des actionnaires, comme certains grands groupes » et qu’il propose « une majorité de places dites sociales, pour des familles qui n’ont pas les moyens d’accueillir leurs aînés dans de bonnes conditions à domicile ».

Sujets liés