Retour sur la page d'accueil 20 Minutes
DECISIONA Nice, le préfet interdit un rassemblement en mémoire de Thomas

Mort de Thomas à Crépol : A Nice, le préfet interdit un rassemblement initié par un ex-membre de Génération identitaire

DECISION
L’appel à manifester d’un ancien membre du mouvement d’extrême droite « Génération identitaire », dissous en 2021, présentait un « risque sérieux » de débordements, selon le préfet des Alpes-Maritimes
Le mouvement d'extrême droite « Génération identitaire » a été dissous par décret du ministère de l'Intérieur le 3 mars 2021
Le mouvement d'extrême droite « Génération identitaire » a été dissous par décret du ministère de l'Intérieur le 3 mars 2021 - O. Coret / Sipa / Sipa
Fabien Binacchi

F.B.

Pour lui, il existe « un risque sérieux que le rassemblement puisse véhiculer des messages d’incitation à la violence ou à la haine de nature à mettre en cause la cohésion nationale ». Le préfet des Alpes-Maritimes a pris un arrêté pour interdire une mobilisation prévue ce vendredi soir à Nice en mémoire de Thomas, le jeune homme tué lors d’un bal de village à Crépol (Drôme), et initié par un ancien membre du mouvement d’extrême droite « Génération identitaire », dissous en 2021.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

Dans son texte, le préfet rappelle que « Monsieur Gaëtan Le Mouillour, organisateur du rassemblement » faisait partie de cette « association [qui] promouvait […] une idéologie incitant à la haine, à la violence ou à la discrimination des individus à raison de leur origine, de leur race ou de leur religion ».

« Des groupes antagonistes désireux d’en découdre »

Citant les graves débordements constatés lors des précédents rassemblements à Lyon et à Romans-sur-Isère, Hugues Moutouh dit craindre que « l’appel à manifester [puisse] attirer de manière concomitante des groupes antagonistes désireux d’en découdre ». Un recours avait été déposé mais le tribunal administratif de Nice a finalement décidé, en fin d’après-midi, de ne pas suspendre l’arrêté du préfet.

L’enquête pour « meurtre en bande organisée » ouverte à Valence après la mort de Thomas a débouché sur la mise en examen de neuf jeunes, dont trois mineurs. Six ont été placés en détention provisoire. Des photos avec identités présentées comme celles des agresseurs de Crépol ont été largement diffusées par des comptes d’ultradroite qui appellent à la vengeance, notamment contre le quartier de la Monnaie, à Romans-sur-Isère, d’où ils seraient originaires.

Sujets liés