20 Minutes : Actualités et infos en direct
CoopérationL’armée cherche à reformer ses relations africaines avec des stages

Var : L’armée française cherche à reformer ses relations africaines en proposant des stages

CoopérationDes officiers africains issus de quinze pays d’Afrique subsaharienne sont réunis à Draguignan avec des Français pour cinq semaines
L'armée française avait déployé jusqu'à 5.000 soldats en Afrique de l'ouest.
L'armée française avait déployé jusqu'à 5.000 soldats en Afrique de l'ouest. - ANTONIN BURAT / ZEPPELIN/SIPA / /SIPA
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Ils sont une trentaine d’officiers français et africains réunis à Draguignan (Var), pour un stage d’un nouveau genre lancé par Paris qui cherche à réformer ses relations militaires avec l’Afrique après avoir été chassée de plusieurs pays. Les officiers africains issus de quinze pays (Bénin, Cameroun, Congo, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée, Madagascar, Mauritanie, Rwanda, Tchad, Togo, etc.) sont réunis avec des Français pour cinq semaines dans les installations des écoles militaires, avec comme objectif d’apprendre à faire fonctionner un petit état-major.

Cette formation lancée par l’armée de Terre propose des offres nouvelles et adaptées aux pays africains, dans le cadre d’une approche rénovée avec le continent. Une remise en question voulue par le président français Emmanuel Macron, alors que les armées françaises sont devenues persona non grata dans trois pays du Sahel : Mali, Burkina Faso, Niger. Après avoir été poussées hors du Mali et du Burkina Faso par des juntes militaires, les troupes françaises ont annoncé qu’elles quitteraient définitivement le Niger d’ici la fin de l’année, tournant la page de plus de dix ans de lutte antidjihadiste dans la région.

La France est aujourd’hui concurrencée sur le continent par d’autres puissances comme la Russie, qui propose d’accompagner les armées régionales avec des services sécuritaires et des ventes d’armes, en échange d’une influence politique et économique. En février dernier, prenant acte d’un ressentiment croissant envers la France, ancienne puissance coloniale, Emmanuel Macron a appelé à « bâtir une nouvelle relation, équilibrée, réciproque et responsable » avec l’Afrique. Il a annoncé la réduction progressive de la présence militaire française et une augmentation de l’offre de formation, prônant une action plus discrète sur le terrain.

Sujets liés