20 Minutes : Actualités et infos en direct
concessionLes tarifs des péages vont exploser en 2025

Autoroutes : Les tarifs des péages vont exploser en 2025… jusqu’à +6,2 % sur certains tronçons

concessionUne bataille juridique entre l’État et les sociétés d’autoroute est en cours au sujet de ces hausses
La hausse sera entre 1,3 et 6,2 % selon le réseau. (illustration)
La hausse sera entre 1,3 et 6,2 % selon le réseau. (illustration) - Tomwieden / Pixabay / Pixabay
20 Minutes avec agence

20 Minutes avec agence

Après une augmentation de 4,75 % au 1er février dernier en raison de l’inflation, les tarifs aux péages vont-ils encore connaître un bond ? Clément Beaune, le ministre délégué aux Transports, a assuré que la hausse annuelle des péages sera « inférieure à 3 % » en moyenne au 1er février prochain. Si hausse annoncée varie entre 2,71 % et 3,87 %, cette accalmie ne devrait être que de courte durée pour les automobilistes. Les sociétés d’autoroute comptent répercuter la taxe sur les surprofits sur les tarifs en 2025, rapporte Le Parisien.

Quelles hausses sur les différents réseaux ?

Cette répercussion constituerait un extra par rapport à l’indexation habituelle sur l’inflation, qui permet à ces sociétés de répercuter au minimum 70 % de l’inflation (hors tabac) sur douze mois jusqu’en octobre sur leurs tarifs. En 2025, les différents concessionnaires souhaitent donc ajouter un pourcentage d’augmentation compris entre 1,3 % et 6,2 %.

Dans le détail, ce sont ATMB et Atlandes, qui gèrent respectivement de l’A63 et du tunnel du Mont-Blanc, qui afficheraient les hausses les plus minimes, avec 1,3 % et 1,7 %. Le reste des péages du réseau d’autoroutes français pourrait afficher de fortes hausses exceptionnelles en plus de l’inflation en 2025 : 4,9 % sur le réseau SAPN (A13, A14, A29), 5,8 % sur celui de Cofiroute (A10, A11, A71), 6 % sur le réseau Sanef (A1, A4…) et même 6,2 % sur le réseau APRR (A5, A6, A19, A39…).

Une bataille juridique

Ces hausses annoncées pourraient néanmoins ne pas être véritablement appliquées. L’État et les principales sociétés d’autoroute s’opposent dans une bataille juridique. Pour rappel, le gouvernement prévoit d’instaurer en 2024 une nouvelle taxation sur les surprofits des concessions autoroutières et des grands aéroports. Elle devrait rapporter 600 millions d’euros aux finances publiques. En réponse, les sociétés d’autoroute avaient affirmé qu’elles avaient contractuellement le droit de compenser cette taxe par une hausse des prix, ce qu’elles comptent donc faire.

Mais, selon un avis du Conseil d’État rendu sur le dossier, cette clause du contrat ne rentrerait pas en ligne de compte ici, car la mesure ne cible pas que les autoroutes, mais aussi les grands aéroports. Ce sera toutefois au tribunal de définitivement trancher dans les prochains mois.

Sujets liés