20 Minutes : Actualités et infos en direct
Violences faites aux femmesUne ville placarde une carte de France des féminicides

Une ville placarde une carte de France des féminicides

Violences faites aux femmesLa ville de Schiltigheim a affiché pendant trois semaines une campagne choc pour dénoncer les violences et agressions faites aux femmes
Qu'est-ce que le « protocole féminicides » pour protéger les enfants ?
Thibaut Gagnepain

T.G.

Non, ce n’était pas la météo ! Pendant environ trois semaines, les habitants de Schiltigheim, commune limitrophe de Strasbourg, et les personnes de passage ont eu droit à trois cartes de France un peu particulières. Sur les panneaux d’affichage de la ville et sous les arrêts de bus étaient représentées… les violences conjugales et agressions (mortelles parfois) faites aux femmes.

« Sur la première, il y avait des chiffres par ville sur le nombre de féminicides en 2022 et je m’en suis servie pour faire des prévisions », détaille Camille Navails, graphiste et chargée de communication à la mairie de cette ville située à côté de Strasbourg. « Je m’étais appuyée sur les chiffres d’un collectif, "Féminicides par compagnon ou ex". Pour les deux autres cartes, j’ai utilisé les données du ministère de l’Intérieur. D’abord pour matérialiser les agressions sexuelles, ensuite pour les violences conjugales, à chaque fois pour 1.000 habitants. »

« Une année glaciale pour les femmes »

Résultats, trois cartes qui ressemblent très fortement à des prévisions météo. « C’est ce que je voulais car ça parle à tout le monde d’une thématique souvent taboue », poursuit celle qui « milite beaucoup dans [sa] vie privée pour cette cause ». Et pour ceux qui n’auraient pas compris le message, trois slogans étaient clairement indiqués : « Une année glaciale pour les femmes », « Temps orageux dans les foyers » et « Vigilances violences sur tout le pays ».

« Nous sommes très fiers de cette campagne de communication », explique la conseillère déléguée à la lutte contre les discriminations et aux violences faites au genre humain de la ville, Corine Dulaurent Simper. « On est dans la même veine que l’an dernier », quand des affiches avec des phrases chocs et des statistiques avaient été imprimées. En 2001, des messages avaient été imprimés sur des sacs à pain.

Et l’an prochain ? Un peu de patience. Une nouvelle campagne d’affichage vient de remplacer la précédente à Schiltigheim. Consacrée aux fêtes de Noël. « C’est plus festif », sourit Camille Navails.

Sujets liés