20 Minutes : Actualités et infos en direct
SUR LA VAGUECette étonnante planche de surf démontable tient dans un sac à dos

Surf : Démontable, cette étonnante planche en trois morceaux tient dans un sac à dos

SUR LA VAGUELa jeune start-up Newave, installée en Vendée, lance la commercialisation de sa planche de surf innovante
La start-up vendéenne Newave a conçu une planche démontable
La start-up vendéenne Newave a conçu une planche démontable - Newave / Newave
Julie Urbach

Julie Urbach

L'essentiel

  • La jeune start-up Newave lance la commercialisation d'une planche de surf démontable pour résoudre le problème de transport et de stockage de cet accessoire très encombrant.
  • Composée de trois morceaux, elle est appréciée pour son côté pratique mais va encore devoir progresser sur son poids, jugé trop lourd.

Brice de Nice dirait qu’elle est « casséééée » en trois. Mais quand on la regarde de plus près, il suffit d’assembler ses trois morceaux pour la remonter facilement. Inventée par deux jeunes ingénieurs branchés sport de glisse, ce surf d’un nouveau genre espère séduire les amoureux des grosses vagues qui ne savent pas comment transporter leur planche ou n’ont tout simplement pas de place chez eux pour en stocker une.

« Comme tout le monde, j’ai bien galéré lors de mes surftrips, raconte Hadrien Nauroy, 24 ans, cofondateur de la start-up vendéenne Newave. Une planche, c’est très encombrant dans une voiture, carrément interdit dans certains trains, et il faut payer cher pour l’emmener avec soi dans l’avion… Il fallait donc trouver une solution ! »

La start-up vendéenne Newave a conçu une planche démontable
La start-up vendéenne Newave a conçu une planche démontable - Newave

Après des heures de modélisation 3D, et au moins une dizaine de prototypes, la voici la solution, dont les précommandes ont officiellement été lancées en ligne vendredi. Un accessoire composé de trois parties d’environ 80 cm de long qui se clipsent entre elles, et se bloquent grâce à un ingénieux système de fixation (une barre dans la largeur). « Les découpes sont en W pour transmettre les contraintes de la façon la plus homogène possible, explique Hadrien Nauroy. On est contents car on a réussi à obtenir une bonne rigidité de planche. Les gens sont souvent très agréablement surpris quand ils la testent ! »

Pratique, mais trop lourde

Parmi les autres remontées, le côté original et pratique ainsi que la forme semblent séduire. Mais son principal problème, et ses créateurs le reconnaissent, c’est son poids, qui atteint toujours les 5 kg malgré plusieurs améliorations. « Le concept est super intéressant mais la planche est lourde à surfer, elle n’est pas très rapide, pas très réactive. Bref, c’est un peu pataud, confirme Johan Cornillon, du club « Allons surfer » situé à La Torche (Finistère), qui a eu l’occasion de la tester cet été. Je pense que ça restera une planche ludique, mais pas forcément quelque chose de très technique. »

Pour le côté pratique, en tout cas, tout a été prévu puisqu’un (gros) sac à dos pour ranger et transporter son matos a également été mis au point par Newave. Dommage pour les puristes pour qui l’expérience commence dès qu’ils débarquent sur le sable, le board sous le bras ! La start-up, qui est en cours de levée de fonds, doit ouvrir sa propre usine de production aux Sables-d’Olonne au mois de janvier 2025. Elle espère produire quelques dizaines de planches pour démarrer, et monter à plusieurs milliers d’ici à quelques années. Les planches, présentées comme uniques sur le marché français et européen, sont pour l’instant vendues en précommande à 850 euros pour la petite et 990 pour la grande. « Un prix équivalent à du début de haut-de-gamme », justifie la marque.

Sujets liés