20 Minutes : Actualités et infos en direct
éducationUn professeur menacé de mort à Strasbourg, ses collègues manifestent

Strasbourg : Un professeur menacé de mort, ses collègues manifestent

éducationDes enseignants ont manifesté, ce jeudi devant le collège Kléber de Strasbourg, afin de soutenir un de leurs collègues menacé de mort par un élève
Une professeur devant des écoliers. (Illustration)
Une professeur devant des écoliers. (Illustration) - Canva / Canva
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

Le collège Kléber de Strasbourg est resté fermé ce jeudi et des enseignants ont manifesté. La raison, un mouvement de grève a été lancé après qu’un professeur de français a été menacé de mort par un élève en début de semaine.

« Un de nos collègues a été menacé de mort mardi midi par un élève de troisième à qui il avait confisqué son téléphone portable. L’élève lui a dit : "Je ramène des copains à la sortie, je te tue" », a expliqué Gilles Comte, professeur d’histoire-géographie, qui participait à ce rassemblement « pour montrer notre solidarité ». Selon lui, il y avait 37 grévistes sur 38 enseignants ayant cours jeudi.

« C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, il y a plein d’incidents », a poursuivi l’enseignant, précisant que depuis la rentrée une « collègue a été agressée par un ancien élève qui s’était introduit dans l’établissement avec deux autres élèves », et qu’il y a également eu « trois explosions de pétards à l’intérieur de l’établissement ».

L’élève passe en conseil de discipline le 19 décembre

« Il n’y a pas de communication, pas de soutien de la direction, on a l’impression d’être abandonnés », a regretté Gilles Comte. Il a précisé que son collègue professeur ciblé par les menaces de mort est un enseignant qui « s’investit énormément » et qui a été « très touché » par l’incident. Il a porté plainte mardi après-midi et se trouve depuis en arrêt maladie.

Mardi « un élève a commencé à l’insulter, le menacer, lui dire : "Je vais t’attendre à la sortie avec des gens." », a raconté une élève, qui a assisté à la scène. Une mesure conservatoire a été prise contre l’élève auteur des menaces, qui ne pourra pas revenir dans l’établissement jusqu’à son passage en conseil de discipline le 19 décembre.

« On n’arrive plus à bien faire notre boulot », a déploré Charlotte Serisier, enseignante de français, citant les « insultes qui reviennent très régulièrement », « les retards systématiques d’élèves » ou encore le « déclenchement d’alarmes incendie » qui est devenu « le jeu à la mode depuis la rentrée ». « Je ne me sens pas en sécurité avec tout ce qui se passe. Les pétards qui pètent, les alarmes incendie tout le temps, les menaces de mort. C’est trop », a aussi témoigné un élève de 5e.

Un des plus gros établissements de Strasbourg

Avec quelque 700 élèves, le collège Kléber est un « gros établissement, avec une mixité sociale qui s’est accrue, ce qui est bien. On accueille des élèves qui viennent de REP + mais on n’a pas de moyens adaptés », a décrit Charlotte Serisier, qui portait une pancarte demandant « des moyens pour accompagner tous nos élèves ».

« Ce sont des élèves qui viennent pour les trois quarts de quartiers d’éducation prioritaire, donc, qui sortent de conditions à 20-24 élèves par classe. Ils arrivent ici, ils sont 30 [par classe]. On n’arrive pas à tous les aider », a abondé Mathieu Dieudonné, professeurs d’EPS. L’établissement, un des plus gros de Strasbourg, accueille également un lycée et des classes préparatoires.

Jean-Pierre Gavrilovic, responsable du syndicat Snalc Alsace, a indiqué avoir été reçu par la cheffe d’établissement le 23 novembre « suite à la forte dégradation des conditions de travail rapportées par les collègues » mais qu’elle avait « botté en touche ».

Contacté, le rectorat n’a pas réagi dans l’immédiat.

Sujets liés