20 Minutes : Actualités et infos en direct
manif'A Lyon, des étudiants qui « meurent de froid » se mobilisent contre le Crous

A Lyon, des étudiants qui « meurent de froid » se mobilisent pour alerter le Crous qui « s’en fiche »

manif'A Lyon, des étudiants qui souffrent d’un manque de chauffage dans leur logement Crous sont obligés de dormir avec leur doudoune
Mercredi soir, une cinquantaine d'étudiants s'est rassemblée devant le Crous de Lyon pour réclamer « plus de chauffage ». Ils assurent « mourir de froid » depuis plusieurs semaines.
Mercredi soir, une cinquantaine d'étudiants s'est rassemblée devant le Crous de Lyon pour réclamer « plus de chauffage ». Ils assurent « mourir de froid » depuis plusieurs semaines. - E. Martin / 20 Minutes / 20 Minutes
Elise Martin

Elise Martin

L'essentiel

  • Une cinquantaine d’étudiants s’est réunie mercredi soir devant le Crous de Lyon pour réclamer « plus de chauffage » dans le logement.
  • Depuis plus d’un mois, ils « meurent de froid » chez eux, au point de dormir en doudoune pour certains. Une centaine de témoignages, qui concernent dix résidences différentes du territoire, ont été récoltés par un collectif.
  • Malgré les signalements de chacun auprès de la direction du Crous, peu (voire aucune) solution n’a été apportée. Sollicitée par 20 Minutes, cette dernière assure « faire son maximum pour trouver des solutions rapidement » face à un « cumul d’incidents » ces derniers temps.

«J’ai l’impression qu’il fait la même température dehors que dans mon logement », affirme Ender, 18 ans. Mercredi soir, il fait à peine 10 °C à Lyon. Et devant le siège du Crous, dans le 7e arrondissement, une cinquantaine d’étudiants s’est réunie pour réclamer « des réponses concrètes » face « au manque de chauffage » dans leur résidence et un « remboursement partiel » pour les loyers qu’ils paient « pour rien ».

« Quand je mets la main sur le radiateur dans ma chambre, je ne sens aucune chaleur, poursuit Ender. Je suis obligé de mettre plusieurs couches de vêtements pour ne pas mourir de froid. » Frédéric, 21 ans, lui, dort avec doudoune tous les soirs depuis un mois. Maïana, du même âge, a, quant à elle, décidé d’acheter une couette et un plaid. Ils ont tous signalé ces problèmes. Sans réponse.

Pour Lia, 18 ans, hors de question d'« investir ». Elle estime qu’elle « paie assez » avec son loyer de 410 euros par mois qui comprend les charges. Elle circule alors dans son appartement avec « une écharpe et un pull supplémentaire » : « pour avoir chaud, je cuisine et je me sers de la chaleur des plaques de cuisson, ou alors, je laisse les portes de la salle de bains ouvertes après ma douche en espérant que ça réchauffe un peu la pièce à vivre. »

« Personne n’aimerait prendre notre place »

Anna*, en Erasmus à Lyon, trouve cette situation « complètement ridicule ». Elle a décidé de venir manifester « en soutien ». « Je rentre dans quelques jours en Allemagne et j’aurai passé tout mon semestre à avoir froid. Depuis la baisse des températures, il y a un mois, mon colocataire était à l’accueil de la résidence tous les jours pour avertir de la situation. Tous les jours, on lui disait que des techniciens passeraient. Ils sont passés la semaine dernière pour dire qu’effectivement, il y avait un problème. On ne sait pas combien de temps ça va mettre pour que ça soit réglé… »

Elle ajoute : « Il aurait fallu penser à réagir plus tôt ! Ou à anticiper ce genre de problème pour éviter que des centaines d’étudiants, souvent précaires, se retrouvent dans cette situation. Personne n’aimerait prendre notre place mais ça ne leur pose pas de souci de nous laisser comme ça. »

Dix résidences différentes concernées par un problème de chauffage

Samir, porte-parole d’un collectif d’étudiants créé face à cette situation, assure avoir récolté « plus d’une centaine de témoignages en une semaine ». « Et ça concerne dix résidences différentes, entre le 8e arrondissement, Saint-Priest et Villeurbanne, précise-t-il. Même Claudie Haigneré, inaugurée en octobre 2022, en fait partie. Et en plus, il va faire de plus en plus froid ! Mais malgré les nombreux signalements effectués, rien n’a été fait de la part du Crous. C’est notre quotidien et eux, ils s’en fichent. »

Quelques minutes avant la mobilisation, les locataires de la nouvelle résidence ont reçu un mail précisant qu’une « expertise technique avait fait état d’une problématique structurelle liée au raccordement au réseau de chauffage urbain qui provoque un déséquilibre du système d’alimentation. » Une réunion est prévue ce jeudi pour « étudier la mise en place d’une solution technique dans les plus brefs délais afin de fournir la température de consigne de 19 °C », est-il écrit dans le courrier.

Un « cumul d’incidents »

Sollicité par 20 Minutes, le Crous de Lyon confirme avoir « mis du temps à identifier » le problème de raccordement. Pour les autres soucis, « il y a eu des soucis de rinçage et désembuage » ou encore « une panne simultanée de la chaudière principale et celle de secours », réglée en début de semaine.

« Il y a effectivement un cumul d’incidents ces derniers temps, on est vraiment désolé et on va faire le maximum pour trouver des solutions le plus rapidement possible », assure le Crous. En attendant, il appelle à signaler les problèmes via un formulaire en ligne pour que des chauffages d’appoint puissent être distribués individuellement. Pour Samir, cette réponse est insuffisante. Il conclut : « Tant qu’il y aura des personnes qui mourront de froid, on ne lâchera pas et on continuera de se mobiliser. »

*Le prénom a été modifié à la demande de la personne interviewée.

Sujets liés