20 Minutes : Actualités et infos en direct
anomaliesShow automnal et pluies interminables, voici les records de la météo 2023

Météo : 41 degrés à Lyon, 32 jours de pluie consécutifs...Les records de 2023 en France

anomaliesMétéo-France a livré ce jeudi son bilan de l’année 2023, avec son vent de records et « d’anomalies ». Nous avons vécu l’automne le plus chaud jamais enregistré et une période pluvieuse historiquement longue
Des touristes tentent de se protéger contre la chaleur à Bordeaux, le 20 août dernier.
Des touristes tentent de se protéger contre la chaleur à Bordeaux, le 20 août dernier.  - UGO AMEZ/SIPA / SIPA
Hélène Ménal

Hélène Ménal

L'essentiel

  • En termes de chaleur, l’année 2023 n’a pas battu 2022, selon un bilan rendu public ce jeudi par Météo-France.
  • Mais entre les vagues de chaleur extrême, son été à rallonge, les tempêtes, un épisode de pluies incessantes, elle restera dans les annales.
  • L’automne, probablement le plus chaud jamais enregistré dans l’Hexagone, a été particulièrement mouvementé.

Décembre peut encore changer la donne, mais selon le bilan dévoilé ce jeudi par Météo-France, l’année 2023 devrait être la deuxième plus chaude jamais enregistrée en France, depuis le début de XXe siècle. Juste derrière la caniculaire année 2022. La température moyenne a atteint 14,2 °C, conduisant à une « anomalie thermique » qui devrait se situer autour de +1,3 °C par rapport aux normales 1991-2020. Cela n’a pas empêché l’année qui s’achève d’aligner les records. En voici quelques-uns.

27,4 °C au plus « frais » de la nuit à Toulouse

Les vacanciers dépités ne manquent pas de s’en souvenir, bizarrement, l’automne s’est invité dans l’été avec cette fameuse parenthèse plutôt frisquette, surtout au nord, du 20 juillet au 8 août. Elle empêche l’été 2023 de monter sur le podium puisqu’il se classe au rang de quatrième plus chaud. Mais c’est passer trop vite sur des périodes de chaleur exceptionnelles, avec plusieurs records absolus, tous mois confondus, en juillet : 40,4 °C par exemple le 18 à Serralongue dans les Pyrénées-Orientales et 39,2 °C le 19 à Cannes (Alpes-Maritimes).

De nombreux recors absolus de températures ont été battus au cours de l'année.
De nombreux recors absolus de températures ont été battus au cours de l'année. - Météo-France

Quant à la vague de chaleur qui a sévi du 17 au 24 août, elle est tout simplement « la plus intense [enregistrée] après un 15 août », atteignant des « niveaux inédits du Sud-Ouest ou Centre-Est, et sur l’arc Méditerranéen.  ». Au « plus frais » de la nuit du 24 août, il a fait 27,4 °C à Toulouse, contre 24,6° pour le précédent record. La veille, le mercure est monté à 42,4 °C dans la Ville rose, alors qu’il n’avait jamais dépassé les 40,7 °C. Lyon a connu une pointe à 41,4 °C le 24.

L’automne le plus chaud depuis 1900, devant 2006 et 2022

« Des extrêmes chauds de plus en plus tard dans l’année ». C’est selon les spécialistes de Météo-France « ce à quoi devrait nous amener de plus en plus fréquemment le réchauffement climatique ». L’automne 2023, « le plus chaud jamais en, registré depuis 1900 », avec des températures supérieures à 30 °C enregistrées en octobre, en est la parfaite illustration : le mois de septembre est plus chaud qu’on ait vécu, le mois d’octobre se classe au deuxième rang et novembre est resté « doux ».

32 jours de pluie sans discontinuer

Le « rail de perturbations », qui n’a épargné que le pourtour méditerranéen entre la mi-octobre et la mi-novembre, « restera à plusieurs tires dans les annales ». « Ce n’est que la deuxième fois qu’il pleut sans discontinuer pendant trente-deux jours. Il faut remonter en 1988 pour observer une telle série (32 jours du 12 janvier au 12 février) mais avec des cumuls moins importants », explique Météo-France. Localement, les cumuls « inédits » ont approché 900 mm dans le Massif central, 800 mm dans les Vosges, 500 mm dans le Pas-de-Calais, 400 mm sur Poitou-Charentes alors qu’ils n’ont pas dépassé 25 mm à Perpignan.

Et, la bonne nouvelle, malgré tout, c’est que ce rideau de pluie « laisse entrevoir une fin de la sécheresse des sols » dans la moitié nord et sur la façade ouest du pays.

Les rafales à 170 km/h de Ciaràn

Avec des rafales à 150 km/h dans les terres et, parfois, de 170 km/h près des côtes, Ciaràn, le 1er novembre, est « la tempête la plus sévère sur la Bretagne depuis "l’ouragan" de 1987 », relèvent les prévisionnistes. Sur le nord du Finistère et le littoral des Côtes-d’Armor, les vitesses de vent ont même été supérieures qu’il y a 36 ans.

Son « petit frère » Domingos a frappé aussi très fort en Nouvelle-Aquitaine : 151 km/h au Cap Ferret, 144 à Cognac ou encore 136 à Niort.

Ciaràn a surpassé par endroits la fameuse tempête de 1987.
Ciaràn a surpassé par endroits la fameuse tempête de 1987. - Météo-France

Mayotte à sec

La saison des pluies à Mayotte (de novembre 2022 à avril 2023). porte bien mal son nom. Elle a été la plus déficitaire depuis 1998 et la deuxième plus sèche en 61 as de mesures. Quant à la saison sèche (de mai à octobre), elle a été la plus chaude de l’histoire de l’île, conduisant à une crise majeure des ressources en eau.


Sujets liés