20 Minutes : Actualités et infos en direct
RECOURS EN SERIELe préfet et des manifestants pro-Palestiniens en plein bras de fer à Nice

Nice : Le préfet et des manifestants pro-Palestiniens en plein bras de fer

RECOURS EN SERIEMercredi, pour la sixième fois en six semaines, le tribunal administratif de Nice a retoqué un arrêté du préfet des Alpes-Maritimes interdisant un nouveau rassemblement propalestinien
Un rassemblement propalestinien, le dimanche 26 novembre 2023, à Nice
Un rassemblement propalestinien, le dimanche 26 novembre 2023, à Nice - F. Glories / Sipa / Sipa
20 Minutes avec AFP

20 Minutes avec AFP

La juridiction enchaîne l’examen des recours. Mercredi, pour la sixième fois en six semaines, le tribunal administratif de Nice a retoqué un arrêté du préfet des Alpes-Maritimes Hugues Moutouh, qui persiste à interdire les rassemblements propalestiniens.

Ce 29 novembre, à l’occasion de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien, deux Niçoises avaient appelé à une veillée en silence dans le centre-ville. Quelques dizaines de personnes se sont bien réunies pour déposer des bougies à terre et afficher des portraits de civils frappés de la mention « assassiné par Israël ».

Le département parmi les plus touchés par les actes antisémites

Mais, comme à chaque fois depuis octobre, les organisateurs ont donc dû passer par le tribunal administratif pour faire invalider l’interdiction du préfet. « Le sujet est plus brûlant ici qu’ailleurs, avec une soixantaine d’actes antisémites depuis le 7 octobre, nous sommes dans le trio de tête des départements » touchés, a-t-il justifié mercredi après-midi. Son arrêté évoquait ainsi « un climat grave et particulièrement inquiétant que les manifestations, uniquement en soutien au peuple palestinien, contribuent à exacerber ».

Jusqu’ici, aucun incident n’a pourtant été signalé lors de ces rassemblements. « Le préfet nous oblige à ne soutenir que le peuple qu’il choisit », a répliqué mercredi soir Amira Zeiter, l’une des deux organisatrices, rappelant le drapeau israélien accroché au fronton de la mairie et les rassemblements pro israéliens à l’appel des autorités locales.

Il continuera à signer des arrêtés d’interdiction

Hugues Moutouh affirme de son côté que les rassemblements en soutien aux Palestiniens « ont un caractère antisioniste ». « Cela ne favorise pas la paix et l’ordre public. Et les organisateurs nous disent qu’ils ne sont pas en état de contrôler qui vient ni d’organiser un service d’ordre », estime-t-il.

Le tribunal administratif de Nice l’a suivi pour l’interdiction d’une première manifestation le 22 octobre – qui a valu à Amira Zeiter vingt-trois heures de garde à vue – mais a ensuite invalidé tous ses arrêtés au nom de la liberté d’expression.

Un nouveau rassemblement est annoncé pour samedi et le préfet n’a pas l’intention de céder, estimant que même retoquées, ses interdictions permettent au moins de limiter la virulence des slogans. Et ses arrêtés, assure-t-il, ne sont pas réservés aux pro-Palestiniens : « On parle d’un rassemblement de la droite identitaire en préparation. Je l’interdirai aussi », tranche le représentant de l’Etat.

Sujets liés